Publicité

Cyberharcèlement de Mila : peines alourdies en appel pour deux prévenus

La cour d’appel de Paris a alourdi les peines infligées à deux internautes, rejugés pour avoir participé au cyberharcèlement de la jeune Mila après sa vidéo polémique sur l’islam, en les condamnant, mardi 31 janvier, à deux ans et un an d’emprisonnement avec sursis.

Il y a trois ans, la jeune fille, alors mineure, avait été la cible d’une première série de centaines de messages haineux sur les réseaux sociaux, la contraignant à quitter son établissement scolaire et à vivre sous protection policière.

Deux des prévenus condamnés en juillet 2021 par le tribunal correctionnel de Paris pour ce « lynchage 2.0 », à l’issue d’une des toutes premières audiences consacrées à la nouvelle infraction de cyberharcèlement, avaient fait appel.

Le plus jeune d’entre eux, âgé de 20 ans, a écopé mardi en appel de deux ans d’emprisonnement assortis d’un sursis probatoire de deux ans, comportant notamment l’obligation d’indemniser les parties civiles et d’accomplir un stage de citoyenneté.

La cour l’a reconnu coupable de harcèlement aggravé et de menaces de mort, un cumul de qualifications qui n’avait pas été retenu en première instance. Il était poursuivi pour avoir écrit à Mila à l’automne 2020 « Dit moi t’habite où j’vfais te faire une Samuel Paty (sic) », en référence au professeur décapité pour avoir montré à ses élèves des caricatures de Mahomet.

L’autre internaute, 31 ans, a été condamné à un an d’emprisonnement assorti d’un sursis probatoire pendant deux ans, comportant les mêmes obligations que son coprévenu.

Les peines sont plus lourdes qu’en première instance : ils avaient alors respectivement écopé de six et quatre mois d’emprisonnement avec sursis. La cour...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi