Publicité

"Des cystites à répétition !" : Elsa Wolinski se lâche sur la ménopause

"Des cystites à répétition !" : Elsa Wolinski se lâche sur la ménopause - BestImage
"Des cystites à répétition !" : Elsa Wolinski se lâche sur la ménopause - BestImage

"Je n'ai rien compris à ce qui m'arrivait. Du jour au lendemain, mon comportement a changé, j'ai eu des cystites à répétition, j'ai tout eu !". Avec humour, Elsa Wolinski se lâche à propos d'un gros tabou féminin : la ménopause. Ca fait du bien.

Les chiffres ne mentent pas : seulement 39% des femmes osent parler de la ménopause à leur conjoint. Pas assez quand on sait que cette phase de la vie bien spécifique concerne tout de même 14 millions de femmes en France ! Heureusement, des voix retentissent à travers l'Hexagone pour envoyer valser ce gros tabou dans les cordes. Et pas n'importe lesquelles...

Car parmi elles, l'on trouve la parole toujours percutante et singulière de l'autrice et journaliste Elsa Wolinski. La fille du regretté Georges Wolinski a carrément dédié un podcast, "Allez, j'ose !", pour libérer la voix des femmes à ce propos, et c'est totalement salutaire. Elle y interroge des personnalités qui n'ont pas peur de dire les termes. Et l'oratrice à l'unisson se lâche !

On peut ainsi l'entendre à franceinfo : "En pleine ménopause, je n'ai rien compris à ce qui m'arrivait. C'est-à-dire que du jour au lendemain, mon comportement a changé, j'ai eu des cystites à répétition, j'ai tout eu ! La liste est une liste à la Prévert. Je n'avais que des trucs que personne ne comprenait".

Un discours qui décomplexe à souhait.

"Ce qui se passe dans leur culotte"

Et Elsa Wolinski de poursuivre sans chichi : "Il y a un moment, je me suis dit qu'il devait s'agir de la ménopause ou de la préménopause. J'ai tellement galéré, j'ai été dans une telle errance personnelle... Et puis je me suis rendu compte que quand j'en parlais, les femmes étaient un peu gênées".

...

Lire la suite


À lire aussi

Les meufs prennent enfin le pouvoir aux Victoires de la Musique
"Elaha", le puissant portrait d'une jeune femme en quête d'émancipation
Benoît Jacquot, Jacques Doillon et #MeToo : la fin de tout un système ?