Se débarrasser des « relous » : Marlène Schiappa veut lancer un baromètre pour mesurer le harcèlement de rue

ELLE avec AFP
·1 min de lecture

La ministre déléguée à la Citoyenneté a annoncé mercredi le lancement d'un baromètre du harcèlement de rue. Il devrait permettre d’élaborer une cartographie des « zones rouges » et de créer des « QSR, des quartiers sans relous ».  

Dans un entretien pour 20Minutes, ce mercredi, Marlène Schiappa a annoncé son intention de poursuivre sa stratégie de lutte contre le harcèlement dans l’espace public. Depuis l'entrée en vigueur de la loi, en 2018, pour contrer ce phénomène, un peu plus de 3 000 verbalisations pour outrage sexiste ont été enregistrées, a-t-elle rappelé. Le harcèlement de rue « ne s’est pas arrêté avec le confinement, a ajouté la ministre. Comme il y a moins de monde dans les rues, ce harcèlement peut être plus menaçant encore, les femmes se retrouvent plus isolées et c’est là où cela devient le plus dangereux ». 

« Le nombre de verbalisations reflète simplement les moments où ce harcèlement a été constaté en flagrant délit par des forces de l'ordre », commente-t-elle, « c'est pour cette raison que je souhaite lancer un baromètre du harcèlement de rue ».  

Lire aussi >> Couvre-feu : comment faire face au harcèlement de rue ?

Des policiers en civil prêts à intervenir par surprise  

Publié en août, ce baromètre, qui reposera sur la compilation de chiffres annuels par le ministère de l’Intérieur, aura pour objectif de mesurer l'ampleur du phénomène en France, de le « cartographier » et d’identifier « les “zones rouges” du harcèlement de rue ». Une fois ces « zones rouges » délimitées, des actions seront mises en place, promet Marlène Schiappa, notamment le déploiement de policiers en civil qui interviendront « par surprise...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi