Démence : pourquoi il ne faut pas zapper le petit-déjeuner

Getty Images/iStockphoto

Au saut du lit, il y a généralement deux types de personnes : celles qui s'offrent chaque matin un vrai petit-déjeuner copieux (avec tartines et café) et celles qui se contentent d'un verre d'eau... et on verra plus tard !

Oui mais voilà : faire l'impasse sur le petit-déjeuner serait une mauvaise idée d'après une nouvelle étude de l'université de Hangzhou (Chine). Les chercheurs, qui ont publié leurs travaux dans la revue scientifique Life Metabolism, ont ainsi découvert que les personnes qui ne mangent pas le matin auraient un risque accru de développer une démence sénile vers 55-65 ans.

Pour en arriver à cette conclusion, les chercheurs ont recruté et suivi durant plusieurs années plus de 3.300 volontaires âgés de plus de 55 ans. Les participants ont pris des notes quant à leurs rythmes alimentaires.

Grâce à ces données, les chercheurs ont réussi à établir des "profils de mangeurs" : ils ont ainsi différencié les personnes dont les apports caloriques étaient équilibrés tout au long de la journée (comprendre : qui faisaient trois repas principaux dans la journée ainsi que des collations) des personnes qui mangeaient de façon déséquilibrée dans le temps (en sautant des repas ou en privilégiant un repas au détriment des autres).

En parallèle, les participants ont passé des tests destinés à évaluer leurs capacités cognitives : il était notamment question de se souvenir d'une liste de mots, de compter à l'envers et de réaliser des opérations mathématiques simples de tête.

Verdict (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite