Dépression post-partum : une réalité pour 30 % des femmes et 18% des hommes, selon une étude

·2 min de lecture

Plus sérieuse qu’un baby-blues, la dépression post-partum touche un nombre significatif de femmes… et d’hommes. Une étude parue le 23 septembre fait état d’une maladie stigmatisée, vécue par 30% des femmes et diagnostiquée chez 5% des sondés.

Le tabou de la dépression post-partum est loin d’être levé. D’après un sondage réalisé jeudi 23 septembre par OpinionWay pour la plateforme de téléconsultation Qare, seulement 22% de femmes disent avoir vécu sereinement cette période. L’étude s’est intéressée à 302 mères et 124 pères, tous parents d’enfants de moins de deux ans. Ceux-ci se sont ainsi penchés sur leur ressenti après la naissance et les résultats sont parlants. Si les idées reçues font du post-partum un moment de bonheur intense, 30% des femmes affirment avoir subi une dépression. Dans ce pourcentage déjà élevé, 39% ne sont pas encore trentenaires et 35% sont primipares.

Lire aussi >Balance ton post-partum

Un mal-être tenu secret

Les femmes ne sont pas les seules à accuser le coup après la naissance. Le chiffre peut sembler surprenant mais 18% des hommes confient avoir connu des épisodes dépressifs après la naissance d’un enfant. Mais rares sont les jeunes parents qui osent aborder le sujet. D’ailleurs, seulement 5% des sondés ont été diagnostiqués par un professionnel. L’étude rappelle que plus de la moitié du panel estime ne pas avoir été assez informée par son médecin en amont de l’arrivée du bébé. Nombre plus évocateur encore, le taux de Français qui n’avaient jamais entendu parler de cette condition : 78% d’entre eux n’avaient aucune idée du mal qui les touchait.  

40% des parents ne se sont pas confiés sur l’état de leur santé...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles