Publicité

A Deauville, sans les stars, la fête est plus folle

N’en déplaise aux Cassandre, le Festival du film américain de Deauville vient de s’achever mais n’est sûrement pas achevé. D’accord, suite à l’absence de stars hollywoodiennes retenues pour cause de grève, ça se bousculait moins aux abords du tapis rouge pour obtenir des autographes. Mais dans les salles, pardon, c’était complet ! Et pas que pour les séances prestigieuses du soir ! Comme l’avait annoncé à Paris Match le directeur du festival, Bruno Barde, la fréquentation a connu une hausse de 20% par rapport à l’année dernière. Il est trop tôt pour le savoir, mais il n’est pas impossible que cette 49e édition dépasse les chiffres pré-Covid, à savoir plus de 60 000 entrées.

À lire aussi Festival de Deauville : « LaRoy », de Shane Atkinson, primé

De fait, le matin à 10h comme l’après-midi à 14h, les spectateurs se sont déplacés en masse pour apprécier les films en compétition. « C’est quand même bien de remplir une salle de plus de 1000 places [1497 très exactement, ndr] avec des films réalisés et joués par des inconnus du grand public. » reconnaît le journaliste Serge Kaganski, membre du jury critique 2023.

À lire aussi Deauville à l'heure de la grève à Hollywood

Les deux autres jurys ont assuré la présence quotidienne de vedettes françaises. D’un côté, le président Guillaume Canet entouré de Marina Hands, Rebecca Marder ou encore Maxime Nucci aka Yodélice ; de l’autre, la présidente Mélanie Thierry entourée de Julia Faure ou encore Pablo Pauly. Sont éga...


Lire la suite sur ParisMatch