« Deep work » : la méthode de concentration pour gagner en efficacité

© jacoblund / iStock

Théorisé en 2017 par Cal Newport, professeur d’informatique à l’université de Georgetown, le « deep work » a pour but de de travailler moins, mais de travailler mieux.

Le deep work, c’est quoi ?

Checker ses mails et son téléphone toutes les cinq minutes, c’est l’inverse du « deep work ». Cette méthode a été popularisée par Cal Newport, professeur d’informatique à l’université de Georgetown, dans son livre « Deep Work. Retrouver la concentration dans un monde de distractions », publié en 2017 en France.

Selon lui, le fléau de notre monde du travail moderne est notre difficulté à nous concentrer, notamment parce que notre attention s’éparpille dans de nombreuses tâches (comme les réunions ou les mails), comme le rapporte « Le Monde ». Il fustige le « shallow work » (le « travail superficiel ») où l’on fait semblant d’être efficace.

Comment faire du « deep work » ?

Pour essayer la méthode du « deep work », il faut d’abord se mettre dans des conditions de concentration maximale : éteindre son téléphone (ou du moins les notifications), fermer les onglets qui peuvent nous perturber, et s’isoler, afin d’être dans sa bulle, toujours selon « Le Monde ». Ensuite, vous allez simplement... travailler, sans vous arrêter, pendant une à deux heures, avant de prendre une longue pause et de retourner à votre « shallow work ». Si l'on croit Cal Newport, deux blocs de deux heures au quotidien devraient suffire pour effectuer correctement son travail.

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi