Deux sages-femmes dénoncent le malaise de la profession

·1 min de lecture

Comme beaucoup de sages-femmes, Lauréna a décidé de quitter l’hôpital, à cause des conditions de travail.

L’une est sage-femme depuis 40 ans, l’autre vient d’avoir son diplôme mais a déjà décidé de quitter la profession. Après trois mois à l’hôpital, c’est la désillusion pour Lauréna qui « n’imaginait pas ce métier-là », comme elle l’explique, émue, à Brut. « Pour moi on ne fait plus le métier de sage-femme », constate amèrement la jeune sage-femme.

Lire aussi >>> « On est tout le temps oubliées » : les sages-femmes manifestent pour leur reconnaissance

Lauréna raconte être rentrée plusieurs fois de ses gardes en étant mal à l’aise car elle pouvait pas accompagner des patientes en larmes, dans des situations de « baby blues ». « Non je suis désolée madame, je ne peux pas vous accompagner parce que je dois faire le ménage dans la chambre », s’est-t-elle vue répondre à une des patientes en demande d’aide.

« C’est l’hôpital qui ne va pas bien » 

Pour Chantal qui exerce depuis 40 ans dans le métier, la situation est d’une « tristesse infinie ». Depuis le début de l’année, les sages-femmes se sont mobilisées pour dénoncer les conditions de travail de la profession : faible rémunération, contrats précaires, manque de personnel. Jeudi 7 octobre, les sages-femmes sont à nouveau descendues dans la rue pour mettre à mal le « manque de reconnaissance » et le « mépris » des pouvoirs publics. Car quand Lauréna a dit qu’elle allait mal, elle raconte que la seule solution qui lui a été proposée a été...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

VIDÉO - Anna Roy, sage-femme, tire la sonnette d’alarme : « C’est l’enfer dans les hôpitaux ! » :

 A lire aussi 

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles