Publicité

Disparition de Delphine Jubillar : cette décision qui pourrait prendre "plusieurs semaines" et qui empêche l'enquête de se poursuivre

Depuis la nuit du 15 au 16 décembre 2020, personne n'a revu Delphine Jubillar. Si son mari, Cédric, nie les faits qui lui sont reprochés, il a été incarcéré en juin 2021. Mais depuis, les enquêteurs ont bien du mal à trouver des indices matériels qui incrimineraient l'artisan ou l'innocenteraient. Toutefois, le 8 février 2024, l'enquête sur la disparition de cette infirmière a été relancée. En effet, la cour d’appel de Toulouse a rendu sa décision concernant l’ouverture d’un supplément d’information. Cette dernière a estimé que "les actes demandés présentent un intérêt". Parmi ces nouveaux éléments, il y a une conversation téléphonique entre la mère de Cédric Jubillar et l'un de ses anciens codétenus. D'autre part, un homme a également signalé la disparition d’une pelleteuse près d’un chantier de construction. Plus d'un mois après la réouverture de ce supplément d'information, où en sont les investigations ?

Selon nos confrères de 20 Minutes, dans un article publié le lundi 18 mars 2024, "aucun des nouveaux témoins n’a été entendu depuis lors". Mais comment expliquer ce qui, pour les observateurs, pourrait s'apparenter à de l'inaction ? "Parce que les magistrats de la Cour d’appel ont désigné le 8 février, pour poursuivre le dossier, les mêmes juges d’instruction – Audrey Assémat et Coralyne Chartier – qui enquêtent depuis le début de l’affaire". Un problème pour les avocats de Cédric Jubillar. Ils ont alors "demandé leur récusation à travers deux recours différents". L’un a été (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite