Publicité

Disparition d'Emile : pourquoi le bornage téléphonique a détecté plus de 1.000 téléphones

Le 8 juillet 2023, Emile, âgé de 2 ans, a disparu alors qu'il se trouvait chez ses grands-parents au Haut-Vernet. Depuis, une vingtaine d'enquêteurs travaillent à le retrouver et à déterminer ce qui a pu lui arriver. Jeudi 28 mars 2024, une mise en situation a été organisée dans le hameau où le petit garçon a disparu. Les différents témoins auditionnés au cours de l'enquête ont été conviés. Pour les enquêteurs, cette reconstitution est utile notamment pour vérifier la cohérence des témoignages. Parfois, cela peut aussi être le lieu d'une révélation ou de l'émergence d'un élément qui avait été oublié par les témoins.

En tout, ce sont dix-sept témoins, parmi lesquels des membres de la famille d'Émile et des voisins, qui ont répondu à cette convocation judiciaire. Alors que le village avait été entièrement fermé, une soixantaine de gendarmes ont veillé au bon déroulement de cette reconstitution. "Ce transport sur les lieux peut être utile pour éclairer un certain nombre de déclarations qui sont dans le dossier, qui posent question. Cet acte d'enquête va peut-être permettre de confirmer que c'est valable, ou de se dire qu'il y a quelque chose qui ne colle pas", a commenté Damien Delseny, rédacteur en chef adjoint du Parisien, sur le plateau de C l'hebdo, samedi 30 mars 2024.

Le journaliste, qui a suivi particulièrement le dossier, a aussi évoqué le bornage téléphonique. Un acte d'enquête incontournable qui ne permet pas pour autant de donner des indications précises au sujet des témoins. (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite