Disparition de la taxe d’habitation : cette erreur à ne pas commettre en déclarant vos impôts

supawat bursuk / iStock

Le 1er janvier 2023 sonne la fin de la taxe d’habitation. Mais elle ne disparaît pas complètement puisque cette suppression concerne uniquement les résidences principales. Si vous disposez d’une résidence secondaire ou que vous êtes "usufruitier (personne qui bénéficie d'un droit qui lui permet d'utiliser un bien et d'en percevoir des revenus locatifs, sans pouvoir en disposer, notamment le vendre) d'une résidence secondaire, c'est-à-dire d'un logement meublé qui n'est pas votre résidence principale", vous devrez vous acquitter de cette taxe, comme le précise le site Service-public.fr. Pour faciliter les démarches, "la loi de finances pour 2020 a mis en place une nouvelle disposition déclarative à destination de l’ensemble des propriétaires", indique le site impots.gouv.

La suppression de la taxe d'habitation sur les résidences principales a conduit la Direction générale des Finances publiques (DGFIP) à mettre à disposition une plateforme, sur le site impots.gouv, afin d'identifier les locaux taxables. Les propriétaires devront, pour chaque bien, "indiquer à quel titre ils les occupent et, quand ils ne les occupent pas eux-mêmes, préciser l'identité des occupants et la période d’occupation (situation au 1er janvier 2023)." Ils ont jusqu'au 30 juin 2023 pour effectuer cette démarche. Pour déclarer vos locaux, direction votre espace particulier (ou professionnel). Cliquez ensuite sur "Démarches" puis "Gérer mes biens immobiliers". Il ne vous restera plus qu'à remplir les informations (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite