Divorce : existe-t-il un « devoir conjugal » en France ?

Lydia Menez
·2 min de lecture

En 2019, la justice française sanctionne Barbara*, une femme de 66 ans, d’un divorce pour faute, parce qu’elle refusait d’avoir des rapports sexuels avec son mari. La Cour de cassation a entériné cette décision début mars. Décryptage avec une juriste.  

Barbara*, 66 ans, continue de se battre pour obtenir gain de cause. Dans un article publié par Mediapart, elle explique qu’elle a déposé le 5 mars un recours contre la France devant la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) pour « ingérence dans la vie privée » et « atteinte à l’intégrité physique ». Un recours qui fait suite à la décision de la cour d’appel de Versailles, qui a sanctionné Barbara en 2019 parce qu’elle refusait d’avoir des rapports sexuels avec son mari. Les juges ont prononcé un divorce « à ses torts exclusifs », considérant que ces faits constituaient « une violation grave et renouvelée des devoirs et obligations du mariage rendant intolérable le maintien de la vie commune ». Une décision entérinée par la Cour de cassation.  

Lire aussi >> Élise Fabing, l’avocate féministe qui aide les salariés sur Instagram

Anne-Sophie Laguens est avocate au barreau de Paris depuis 2008. Elle est spécialiste en droit pénal et en droit civil.  

ELLE. Pouvez-vous définir le concept de devoir conjugal ?  

Anne-Sophie Laguens. Initialement, le but du mariage était de procréer : le devoir conjugal vient de là. Il prend racine dans le très judéo-chrétien code de Napoléon de 1804. Le devoir conjugal est issu des obligations du mariage : notamment à l’obligation de « communauté de vie », inscrite dans l’article 215 du Code civil. Et par communauté de vie, on entend le fait de cohabiter ensemble, mais aussi le...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi