Dormir plus de 9 heures par nuit ferait grimper le risque d’AVC de 85 %

Des nuits trop longues suggèrent un « mode de vie inactif ». [Photo: Getty]

Trop dormir pourrait stimuler le risque d’AVC, d’après la recherche.

Des scientifiques de la Huazhong University of Science and Technology à Wuhan, en Chine, ont demandé à plus de 31 000 personnes combien d’heures elles dormaient par nuit.

Étonnamment, celles qui dormaient plus de neuf heures étaient près d'un quart (23 %) plus susceptibles de subir un AVC au cours des six années suivantes.

Le risque atteignait jusqu'à 85 % chez celles qui faisaient également la sieste, d’après les résultats.

« Des études antérieures montrent que les personnes qui font la sieste et dorment longtemps sont confrontés à certains problèmes, comme des taux élevés de cholestérol et une augmentation du tour de taille, deux facteurs de risque liés aux AVC », a déclaré l'auteur de l'étude, le Dr Xiaomin Zhang.

« De plus, faire de longues siestes et dormir de longues heures peuvent suggérer un mode de vie globalement inactif, ce qui est également lié à un risque supérieur d'AVC ».

Le Sleep Council recommande aux adultes de dormir entre 7 et 9 heures par nuit.

Le corps peut alors refaire le plein d'énergie et réparer les dégâts de la journée, pendant que le cerveau organise et range les souvenirs de la veille.

Mais, un excès de sommeil serait associé à une prise de poids, au diabète et même à un décès prématuré.

Des scientifiques ont examiné des milliers d'adultes en bonne santé, âgés de 62 ans en moyenne, afin d’en apprendre davantage sur l’impact du sommeil sur la santé.

Les participants se sont confiés sur leurs habitudes la nuit et au moment de la sieste. Faire la sieste au déjeuner serait courant en Chine, et 8 % des participants dormaient plus d'une heure et demie par jour.

Près d'un quart (24 %) confiaient dormir au moins 9 heures par nuit. Ces personnes étaient significativement plus susceptibles de souffrir d'un AVC que celles qui dormaient moins.

Le risque était encore plus élevé quand une longue nuit de sommeil était associée à une longue sieste, d’après les résultats publiés dans la revue Neurology.

Faire la sieste pendant 90 minutes augmentait le risque d’AVC à hauteur de 25 % par rapport à une sieste d'une demi-heure ou moins.

En ce qui concerne la qualité du sommeil, les personnes qui confiaient mal dormir étaient jusqu'à 56 % plus susceptibles d’avoir un AVC que celles qui dormaient bien.

Dormir pendant plus de 9 heures par nuit, mais mal, augmentait le risque de 82 %.

« Ces résultats indiquent qu’il est important de réguler la durée des siestes et des nuits, et d’assurer un sommeil de bonne qualité, en particulier chez les personnes d'âge moyen et les personnes âgées », a déclaré le Dr Zhang.

On ignore pourquoi cela se produit. Certains pensent que trop de sommeil déclenche une inflammation ou indique un état de dépression ou un « faible statut socio-économique ».

Ressentir le besoin de dormir autant suggère également « un épiphénomène de comorbidité », ont confié les scientifiques.

Les scientifiques précisent que les informations ont été tirées d'un questionnaire et non d’un essai contrôlé.

Les résultats pourraient également être différents chez les adultes en moins bonne santé ou non-chinois, ont-ils précisé.

Alexandra Thompson