Double meurtre à Pouyastruc: le père des enfants de l'une des victimes au cœur des soupçons

L'homme était en instance de séparation avec Aurélie, l'une des deux victimes tuées lundi soir. Amateur de VTT et ancien réserviste, il aurait pris la fuite en moto.

Lundi 4 juillet en fin d'après-midi, les corps d'Aurélie, 32 ans, et Gabriel, 55 ans, tous deux enseignants dans un collège de Tarbes, sont retrouvés dans le village de Pouyastruc (Hautes-Pyrénées), vraisemblablement tués par balle.

Très vite, les suspicions se portent sur le père des enfants d'Aurélie, un homme de 34 ans. Si le couple a eu deux enfants, la nature actuelle de leur relation n'est pas établie. Mais depuis la découverte des deux corps, il demeure introuvable. Une chasse à l'homme est déclenchée pour tenter de retrouver sa trace, qui n'a à l'heure actuelle toujours pas permis de l'appréhender.

BFMTV.com fait le point sur le profil de ce trentenaire, qui selon les dernières informations, aurait traversé la frontière espagnole.

• Des difficultés conjugales

Une des pistes envisagées est donc celle de la rivalité amoureuse. Selon les informations de BFMTV, le couple ne vivait plus ensemble. L'homme n'aurait pas supporté que sa conjointe fréquente un nouvel homme, en la personne de Gabriel, un de ses collègues, et aurait décidé de les abattre.

• La piste d'une fuite en Espagne

Peu après les faits, le "plan Épervier" a été déclenché, une mesure mise en place pour retrouver un suspect activement recherché. Une centaine de gendarmes sont désormais mobilisés, ainsi qu'une équipe cynophile et deux hélicoptères. Pour l'heure, les militaires sont en train d'installer un PC opérationnel, une habitude lorsque les opérations prennent cette ampleur afin de mieux coordonner les actions.

Le dernier rebondissement dans cette affaire est venu de l'autre côté des Pyrénées. Mardi après-midi, la presse espagnole révélait que Cédric Tauleygne aurait traversé la frontière espagnole, et serait désormais recherché par les forces de l'ordre locales. El periodico de Aragon avance même que les recherches se concentrent autour de la ville de Jaca, située à seulement 2h30 de Pouyastruc.

Comme l'a appris BFMTV ce mercredi en fin de matinée, la moto, une Suzuki DL-650 Vstorm, a été retrouvée en Espagne du coté de la ville aragonaise, située à environ 3h de route du lieu du crime. Selon plusieurs sources concordantes, les gendarmes ont établi un contact avec lui, ce dernier leur répondant qu'il comptait se suicider.

• Un homme sportif

Ancien réserviste de la gendarmerie, le suspect a le profil d'un homme sportif. Sur les réseaux sociaux, il ne cache pas sa passion pour le VTT, dont il est licencié dans une association et est considéré comme dangereux et potentiellement encore armé. En revanche, la notion de "survivaliste" n'est pas confirmée.

La presse espagnole, pays où se concentrent actuellement les recherches, avance qu'il aurait participé à la Quebrantahuesos, une course cycliste d'endurance tracée dans les Pyrénées.

Selon une source proche de l'enquête relayée par l'Agence France-Presse, le suspect serait arrivé à moto lundi pour abattre les deux enseignants. Un habitant de Pouyastruc, interrogé par BFMTV, confirme la présence d'une moto dans le village au moment des faits.

"Moi je rentrais chez moi, et j'ai croisé un monsieur à moto. Sa moto était en contrebas, moi j'étais en train de monter. Et puis plus tard on a appris que le suspect était en moto. Donc j'ai appelé la gendarmerie, j'ai dit que j'avais croisé une moto, j'ai dit la couleur...", indique Tom.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Meurtre de Daphne Caruana Galizia : George Degiorgio reconnaît les faits

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles