DS4 E-Tense & Béatrice Foucher

·1 min de lecture

Parfaite ambassadrice du luxe automobile à la française, la directrice générale de la marque DS nous présente sa nouvelle berline de référence.

« Ma première voiture? Une Renault Supercinq, puis il y eut une Peugeot 205. Celle qui a marqué mon enfance, c’est la Simca 1100 S avec laquelle nous partions rejoindre le berceau familial à Saintes, en Charente-Maritime.»

«Je n’ai jamais conduit de DS originelle, mais je suis montée en passagère. Avec son volant monobranche et sa suspension qui monte et qui descend, cette voiture était lunaire.»

Lire aussi:Citroën DS4 & Sébastien Ogier: Sur la bonne trajectoire

«J’ai appris à conduire sur les tracteurs de la Bergerie nationale de Rambouillet dont mon père gérait la zone de culture. J’adorais escalader ces monstres pour prendre place sur le siège conducteur.»

«Symbole de modernité, la DS4 s’adresse à une typologie de clients qui nous est chère : les amateurs de technologie et de raffinement intérieur.»

«L’automobile se doit d’évoluer, de vivre avec son époque. Je ne crois pas aux icônes du passé qu’il faudrait vénérer pour l’éternité.»

«Parmi les 14 marques que compte le groupe Stellantis, certaines, comme Alfa Romeo, disposent de belles plateformes qui pourraient intéresser DS.»

« Mon intérêt pour l’automobile est venu de mon père à qui je passais les outils lorsque je le voyais changer le moteur de sa voiture.»

Déclinée en trois versions (Classique, Cross et Performance Line), la belle française ose un style à mi-chemin entre coupé et SUV.
Déclinée en trois versions (Classique, Cross et Performance Line), la belle française ose un style à mi-chemin entre coupé et SUV.

Déclinée en trois versions (Classique, Cross et Performance Line), la belle française ose un style à mi-chemin entre coupé et SUV. © Adrien Cortesi (...)
Lire la suite sur Paris Match