La dysmorphophobie : quand un détail physique tourne à l’obsession

Nez tordu, kilos jugés en trop, peau trop claire ou trop foncée… Pour certains, ce ne sont que des détails, mais pour d’autres, ces complexes tournent à l’obsession. La dysmorphophobie est une réalité, notamment pour de nombreux et nombreuses adolescent.e.s, qui, en grandissant, ne parviennent pas à sortir de leur mal-être.

Vous êtes-vous déjà regardé dans un miroir en fixant, le coeur serré, une cicatrice sur votre cuisse, vos dents mal alignées, ou de l'acné sur votre front ? Pour les personnes souffrant de dysmorphophobie, ces détails amènent à ressentir de la honte, de la détresse ou du dégoût, et elles sont persuadées que c'est la seule chose que leur entourage regarde quand ils les voient. Ces pensées deviennent alors envahissantes, provoquent une réelle souffrance et se répercutent significativement sur la vie quotidienne.

Dysmorphophobie ou dysmorphie corporelle : c'est quoi ? Définition.

À l’image d’un miroir déformant, la dysmorphophobie (aussi appelée dysmorphie ou trouble dysmorphique) provoque une vision partielle, biaisée et négative de soi-même. Un monde triste, solitaire et anxiogène où la personne ne se perçoit plus que sous le prisme d’un défaut imaginaire. Celui-ci prend toute la place dans sa tête et induit une souffrance importante.

Classée parmi les troubles obsessionnels compulsifs dans le DSM-5, la dysmorphophobie est scientifiquement reconnue.

Dans son livre Traiter la dysmorphophobie : L'obsession de l’apparence (2017), la psychologue Caline Majdalani, définit la...

Lire la suite

VIDÉO - Décomplexé.e.s - Océan : "On est le futur. On a beaucoup à apprendre aux hommes cisgenres"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles