Publicité

Elisabeth II, George VI, princesse Margaret… Ces membres de la famille royale qui ont caché leurs maladies

Depuis le couronnement du roi Charles III, la communication de la famille royale se veut plus transparente, contrairement à celle de sa mère, la reine Elisabeth II. En dévoilant être atteint du cancer de la prostate en février dernier, le monarque est l’un des rares membres de la Couronne a jouer la carte de l’honnêteté, suivi, ce vendredi soir, par Kate Middleton, qui révèle elle aussi être atteinte d'un cancer.

S’il y a bien une règle à laquelle la monarchie britannique ne déroge pas c’est celle de la discrétion. « Never explain, never complain », (Ne jamais s’expliquer, ne jamais se plaindre) comme le disait si bien la reine Elisabeth II. Sous son règne et celui de son père avant elle, la devise était de ne jamais s’apitoyer ou se justifier sur une polémique. Une règle toujours en vigueur depuis le couronnement du roi Charles III. Lors de la parution des mémoires du prince Harry, la famille royale n’a pas bougé une oreille face aux surprenantes révélations du cadet, impossible de savoir réellement ce qu’elle en pensait. Pourtant, ces derniers mois, le roi Charles III semble vouloir adopter une autre stratégie. Celle de la transparence.

Lire aussi :  Le secret le mieux gardé d'Angleterre : Nerissa et Katherine Bowes-Lyon, les cousines cachées de la reine Elisabeth II

En février dernier, il surprenait le monde entier en annonçant souffrir d’une « forme de cancer ». La nouvelle a été divulguée par le biais d’un communiqué sur le compte Instagram officiel. Quelques jours auparavant, le souverain était hospitalisé pour une intervention chirurgicale pour une « hypertrophie bénigne de la prostate ». Les inconditionnels de la Couronne avaient ainsi pu suivre l’état de santé de Charles III. Au même moment, Kate Middleton était en convalescence à la London Clinic à la suite d’une opération de l’abdomen. Si le roi Charles III a...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi