Espagne: des migrants interceptés après un voyage de onze jours sur le gouvernail d'un tanker

Les trois individus sur le safran du tanker maltais, le 28 novembre 2022  - SALVAMENTO MARÍTIMO
Les trois individus sur le safran du tanker maltais, le 28 novembre 2022 - SALVAMENTO MARÍTIMO

Des miraculés de l'océan. Comme le rapportent ce mardi plusieurs médias espagnols dont l'agence de presse EFE, les garde-côtes ibériques ont intercepté lundi en fin de journée trois personnes qui ont voyagé onze jours de manière clandestine sur le gouvernail du tanker maltais Alithini II en provenance du Nigeria, qui mouille actuellement dans le port de Las Palmas, situé dans les Canaries.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Sans nourriture et à la merci de l'océan

Comme l'explique sur Twitter le Salvamiento maritimo, l'établissement public chargé de la sûreté maritime dans les eaux espagnoles, les trois individus ont été transportés à l'hôpital et souffrent de déshydratation et d'hypothermie modérée.

Le lieu d'embarquement des migrants n'est cependant pas tout à fait précisément établi. Si le navire est parti du port de Lagos au Nigeria, la Cadena Ser révèle que sa dernière escale se serait faite en Gambie, pays d'Afrique de l'Ouest séparé d'un peu moins de 1700 kilomètres des Canaries.

Au total, on estime que les trois hommes sont restés plus d'une semaine sur l'étroit gouvernail de ce bateau, sans nourriture et à la merci des aléas de l'océan Atlantique. Lorsque les navires sont peu chargés, le gouvernail reste au-dessus de la ligne de flottaison et permet à plusieurs individus d'y prendre place.

Tentatives fréquentes

Toujours selon la Cadena Ser, cette manière de rejoindre le continent européen n'est pas si rare que cela, bien que trop souvent, nombreux sont les passagers clandestins à périr lors de cette traversée.

Sur les réseaux sociaux, Txema Santana, conseiller pour les migrations du gouvernement des îles Canaries, estime que cette tentative "ne sera pas la dernière" et que cela "se reproduira."

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Selon EFE, d'autres migrants avaient été interceptés dans des circonstances similaires dans le port de Las Palmas par le passé. En 2020, trois d'entre eux avaient été retrouvés sur le gouvernail d'un pétrolier de Saint-Vincent-et-les Grenadines et un mois plus tard, trois autres sur celui d'un pétrolier norvégien. Les deux navires avaient quitté le port de Lagos.

Article original publié sur BFMTV.com