EXCLU - L'incendie, le confinement, ses projets... Clémence Botino, Miss France 2020, se confie à cœur ouvert

Laetitia Reboulleau
·6 min de lecture
Miss France 2020 Clemence Botino arrives for the Jean Paul Gaultier Women's Spring-Summer 2020 Haute Couture collection fashion show in Paris, on January 22, 2020. (Photo by Lucas BARIOULET / AFP) (Photo by LUCAS BARIOULET/AFP via Getty Images)
(Photo by LUCAS BARIOULET/AFP via Getty Images)

Il y a quelques jours, Clémence Botino, Miss France 2020, a eu la peur de sa vie. L'immeuble au sein duquel se trouve son appartement a pris feu, faisant un mort et plusieurs blessés. Saine et sauve, la reine de beauté revient en exclusivité pour Yahoo sur cette épreuve terrifiante, et évoque les projets qui vont porter la fin de son règne.

Clémence Botino, comment-vous sentez-vous après les événements récents ? Pouvez-vous nous raconter ce qui s'est passé ?

Vendredi, j'étais chez moi quand j'ai entendu une alarme, vers minuit. Je suis allée voir ce qu'il se passait dans le couloir, et j'ai entendu une dame crier, vu de la fumée qui venait de l'escalier d'en face. Un bon gros nuage de fumée noire, vraiment. J'ai hésité à prendre les escaliers pour descendre et sortir de l'immeuble, mais ce n'était pas possible à cause de la fumée, c'était irrespirable. J'ai été obligée de faire demi-tour, et je me suis réfugiée sur mon balcon, où je suis restée jusqu'à l'arrivée des pompiers. Malheureusement, j'ai laissé ma porte ouverte, et tout mon appartement a été pris par la fumée.

Aujourd'hui, dans quel état votre logement se trouve-t-il ?

Il est totalement inhabitable pour l'instant. Heureusement, j'ai pu récupérer mes effets personnels, parce que quand je suis partie, j'avais laissé mes papiers, les objets électroniques... Heureusement, les flammes n'ont pas causé de dégâts car le feu s'est localisé sur le 3e étage, mais à cause de la fumée, il y a de la suie partout, et l'odeur bien sûr.

Où allez-vous être logée en attendant que votre appartement soit remis en état ?

Pour l'instant, je suis logée à l'hôtel. Pour la suite des événements, on avisera, il faut attendre de voir combien de temps les travaux vont prendre pour que mon appartement soit remis en état. Jusqu'à nouvel ordre, je vais donc rester à l'hôtel.

Qu'aimeriez-vous dire aux pompiers qui sont intervenus ?

Je voudrais les remercier, car je leur dois la vie. On sait tous que les pompiers sont courageux, que ce sont des héros. Mais les voir au milieu de tout ça... Le pompier qui m'a secourue est resté très calme, avec une voix posée, alors que moi c'était tout l'inverse ! On sait que ce sont des héros, mais on ne mesure pas le courage qu'il faut pour être pompier, et pour aller volontairement risquer sa vie pour en sauver d'autres. Aujourd'hui, je mesure vraiment la valeur de ces personnes, et j'espère pouvoir aller à leur rencontre plus tard cette année. Sincèrement, ça serait l'un de mes plus grands souhaits pour l'année 2020.

Cela fait un peu plus de six mois que vous avez été élue Miss France, et votre règne a été pour le moins animé entre le confinement, cet incendie... Quel bilan dressez-vous de la première partie de votre aventure ?

Ça a été six mois imprévisibles ! Rien ne s'est passé comme prévu, c'est le cas de le dire. Évidemment, ce sont des choses qui n'étaient pas prévues, mais je reste positive. Je resterai Miss France à vie, j'ai vécu des choses que je n'avais jamais vécues... Et l'année est loin d'être terminée ! J'ai l'impression que ça fait cinq ans que je suis Miss France, alors que ça ne fait que quelques mois... C'était une année très imprévisible pour moi, pour les gens qui suivent Miss France, pour l'institution Miss France... Mais c'est la vie, c'est comme ça.

Justement, les élections des Miss régionales ont été un peu chamboulées par le confinement. Que pouvez-vous nous dire sur ce nouveau dispositif ?

Effectivement, les élections se font d'un point de vue digital. Dans le Languedoc-Roussillon, j'ai pu assister à la présélection de l'élection de Miss Beaucaire, et c'est un vote qui se fait à distance. Je pense que pour les élections régionales, ça sera différent. La première est prévue fin juillet pour Miss Corse, et j'espère que ce sera quelque chose de similaire à ce dont on a l'habitude, peut-être avec moins de personnes. Mais je pense que ça sera beaucoup plus médiatisé, pour que les personnes puissent suivre l'élection et voter à distance. Après, chaque comité régional est différent et devra s'adapter en fonction des possibilités.

C'est l'occasion pour le concours d'évoluer un peu ?

Cette année, c'est le centenaire de Miss France, peut-être que c'est le signe qu'il est temps pour l'institution de connaître un tournant. C'est le moment d'avoir une forme de renouveau dans le parcours des Miss. Le centenaire, c'est une année exceptionnelle, et à année exceptionnelle, événements exceptionnels !

Quels sont vos projets pour les prochains mois ? Allez-vous pouvoir retourner en Guadeloupe prochainement ?

J'espère vraiment, oui. Aujourd'hui, il n'y a plus de mise en quatorzaine lorsqu’on arrive en Guadeloupe. J'espère juste que d'ici là, il n'y aura pas de seconde vague. Pour l'instant, les choses semblent en bonne voie, mais comme je le disais, cette année est imprévisible !

Et l'après Miss France, vous y pensez ?

J'ai beaucoup de projets ! Que ce soit avec le confinement, ou encore aujourd'hui avec l'activité qui reste ralentie, beaucoup d'événements ont été annulés, notamment cet été, et ils ont tous été reportés à septembre-octobre, donc ce n'est pas à ce moment-là que je pourrai réfléchir à l'après-Miss France. Il faut que je profite de ce temps que j'ai aujourd'hui pour mettre en place des projets. Je pense sérieusement à reprendre mes études [en première année de Master d'histoire de l'art à la Sorbonne, spécialisée dans l'étude de l'Histoire de la mode, ndlr.]. Mais après, l'idée n'est pas de complètement couper avec cette vie que j'ai commencé à construire depuis que je suis Miss France. J'espère pouvoir allier les deux, voir avec la fac comment c'est possible, quitte à ce que mon cursus prenne plus de temps. Mais j'aimerais vraiment pouvoir aller au bout du Master. On réfléchit déjà aujourd'hui à ce dans quoi je pourrais me lancer après Miss France. J'ai des petits projets, mais pour l'instant, je ne peux pas en dire plus !

A LIRE AUSSI

> Miss France : Clémence Botino, Miss Guadeloupe, a failli passer à côté de la couronne

> Miss France 2020 : Qui est Clémence Botino, la plus belle femme de France ?

> Miss France 2020 : Florentine Somers (Miss Nord-Pas-de-Calais), la favorite du concours, éliminée avant le top 15