"Une expérience à essayer" : Mathieu Kassovitz se défend de promouvoir le RN, fustige "les fachos" et appelle à voter aux législatives le 30 juin

L'acteur-réalisateur Mathieu Kassovitz, critiqué pour avoir déclaré que le RN a "peut-être sa place en France" et que "c'est peut-être une expérience à essayer", a fustigé dimanche les "idiots" l'accusant selon lui de promouvoir le...

L'acteur-réalisateur Mathieu Kassovitz, critiqué pour avoir déclaré que le RN a "peut-être sa place en France" et que "c'est peut-être une expérience à essayer", a fustigé dimanche les "idiots" l'accusant selon lui de promouvoir le vote RN et a appelé à "voter".

Revenant sur les réactions suscitées par un passage de son interview la veille sur LCI, le réalisateur de "La Haine", film culte sur les violences policières, en a publié un "extrait plus large" sur Instagram.

"Pour tous les idiots, imbéciles, connards qui utilisent les mêmes outils de propagande que les fachos et m'accusent d'avoir déclaré de voter RN", a-t-il commenté, invitant à "voir les 25 minutes complètes sur LCI" et à "voter la semaine prochaine".

Samedi sur la chaîne d'info, l'acteur du "Bureau des Légendes" a laissé entendre qu'il n'irait pas manifester en cas de victoire du RN aux législatives des 30 juin et 7 juillet.

"Je serai avec vous de tout coeur, mais j'en ai marre (...) de manifester, c'est tout le temps le même cirque", a-t-il déclaré.

"Manifester moi, je ne suis pas trop pour (...) je vais me mettre dans la merde mais je suis pour la violence face à la violence", a-t-il poursuivi.

"J'ai toujours été un petit peu dans l'attente de l'arrivée du FN (ancien nom du RN, ndlr) pour voir quelle est la vraie réaction des Français", a ajouté Mathieu Kassovitz, qui affirme ne pas voter.

"Est-ce qu'on est vraiment le pays des droits de l'Homme ou est-ce qu'on...

Lire la suite


À lire aussi

"Personne ne lui a dit : ça suffit !" : Mathieu Kassovitz tacle Depardieu et le ciné français
"Avortement clandestin à 18 ans" : Line Renaud défendra toujours le droit à l'IVG
Après "Jusqu'à la garde", ce thriller traumatisant est à ne pas louper