Publicité

Féminicide à Saint-Laurent-d’Arce, le profil inquiétant de l’auteur

C’est le 26ème féminicide de l’année 2023. Ce vendredi, une femme a été retrouvée poignardée par son ex-compagnon. Celui-ci avait déjà été condamné par la justice pour des faits similaires. Il s’est donné la mort.

C’était vendredi 3 mars. Une femme de 54 ans a été tuée par son ex-conjoint à Saint-Laurent-d’Arce, en Gironde. Cet évènement relance le débat sur la gestion des violences conjugales en France. Gérald Darmanin, le ministre de l’intérieur, a réclamé une enquête à l’IGGN.

La femme en question avait prévenu son nouveau compagnon dans la journée qu’elle se sentait menacée. C’est finalement la soeur de la victime qui s’est déplacée et a trouvé le corps, couvert de 24 coups de couteau et égorgé.

L’auteur du crime s’est pendu dans un garage verrouillé. Les gendarmes ont du forcer la porte avec un pied de biche pour découvrir le corps. L’homme en question habitait à Montendre, en Charente-Maritime, à une trentaine de kilomètres des lieux du crime.

Ce n’était pas la première fois que l’individu était suspecté d’être dangereux. En 2005, l’homme avait été condamné à 20 ans de prison pour « tentative d’assassinat » sur son épouse de l’époque. Il avait été libéré en 2017 et aucun suivi n’avait été entrepris. Il avait l’interdiction de se rendre en Gironde, mais il avait tout de même entamé une relation avec cette femme sur le territoire.

Suite à leur séparation, la quinquagénaire avait déposé plainte auprès de la gendarmerie. L’une d’elle pour « violences sans incapacité », l’autre pour « diffusion d’images portant atteinte à l’intimité de la vie privée ». Aucune des deux...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi