Féminicide : que sait-on de la mort de Chahinez, brûlée vive par son ex-conjoint ?

·2 min de lecture

La victime, âgée de 31 ans et mère de trois enfants, a été tuée mardi dans une rue de Mérignac (Gironde). Elle avait porté plainte contre son ex-mari en mars. Ce jeudi, une mission d’inspection a été lancée par le gouvernement.  

Ce mercredi, plus de 400 personnes se sont réunies pour rendre hommage à Chahinez, lors d’une marche blanche. La jeune femme âgée de 31 ans, mère de trois enfants, est morte en fin d’après-midi, le 4 mai. Son ex-conjoint, qui la guettait depuis le début de la journée, lui a tiré plusieurs balles dans les cuisses pour l’empêcher de fuir, puis l’a aspergée de liquide inflammable avant de l’immoler, dans une rue habituellement calme de Mérignac, une banlieue de Bordeaux. Le pavillon où résidait la victime a également été incendié. Plusieurs voisins ont entendu les coups de feu et assisté à la scène au loin, cachée par le brouillard de fumée déclenché par l'incendie. L'homme a été interpellé une demi-heure après les faits et placé en garde à vue. 

Le féminicide a suscité beaucoup d’émotion, bien au-delà de l’agglomération bordelaise. Les associations féministes notamment ont largement relayé l’information, insistant sur le fait que la victime avait déjà porté plainte contre son assassin en mars dernier.  

Ce féminicide, le 39ème, aurait pu être évité. Dans de nombreux cas, les femmes assassinées avaient alerté. Les forces de l'ordre ou la justice les ont ignorées. @emmanuelmacron, l'absence de politiques publiques et de moyens met les femmes en danger. #Féminicide pic.twitter.com/S07jIoWZTj

— #NousToutes (@NousToutesOrg) May 5, 2021

Ce jeudi, une mission d'inspection a débuté pour examiner comment une mère...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles