Faire l’amour dans les dunes ruine des plages espagnoles

·1 min de lecture

Les relations sexuelles qu’ont les touristes sur les dunes de la réserve naturelle de Maspalomas en Espagne, abîment la réserve naturelle, selon un article scientifique.

Sexe et environnement ne font pas bon ménage : les relations sexuelles pratiquées dans la réserve naturelle des dunes de Maspalomas, sur l’île espagnole de Gran Canaria, seraient à l’origine de la destruction progressive de la plage et de ce site protégé d’après un article publié dans le « Journal of Environemental Management ». 

Lire aussi >>> La plage abandonnée, lieu de fantasme des Français

Les chercheurs ont recensé 298 « spots sexuels » sur la plage, sur une superficie totale de plus de trois kilomètres carrés, principalement parmi la « végétation touffue et dense » et les nebkhas – des dunes qui se forment autour de la végétation. Ces lieux sont utilisés comme « zone de cruising », une pratique d'interaction sociale qui consiste en des rencontres sexuelles anonymes, majoritairement entre homosexuels, dans des espaces publics ouverts et/ou fermés. Le travail de terrain a été réalisé en mai 2018, une période qui comprenait le festival local Gay Pride. « Il n'y a aucune intention de critiquer les actions de certains membres de la communauté LGBTI », précisent les auteurs de l’article.  

Des lézards morts après avoir mangé des préservatifs

Les touristes piétinent la végétation, enlèvent les plantes et le sable, font leurs propres « nids » – même en les clôturant – et jettent des déchets, notamment des cigarettes, des préservatifs, du papier toilette, des lingettes et des canettes, peut-on lire dans...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

VIDÉO - Premier Acte - Simon : "Prendre le risque d’être vus, ça rajoute une forme d’excitation"

A lire aussi 

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles