Publicité

"Le fascisme n’est pas quelque chose que seuls les hommes pratiquent" : Sandra Hüller nous parle de son rôle difficile dans "La Zone d'intérêt"

"Le fascisme n’est pas quelque chose que seuls les hommes pratiquent" : Sandra Hüller nous parle de son rôle difficile dans "La Zone d'intérêt"

"De ce que je vois sur internet, le fascisme n’est pas quelque chose que seuls les hommes pratiquent. Aujourd’hui, beaucoup de personnes de droite en politique sont des femmes. Beaucoup d’influenceurs, sur TikTok et toutes ces plateformes, sont des femmes".

Le nouveau film de Jonathan Glazer, intitulé "La zone d'intérêt", suit le quotidien du commandant Rudolph Höss avec sa femme, jouée par Sandra Hüller. Ils vivent avec leurs enfants dans leur grande maison avec piscine et jardin fleuri... juste à côté du camps d'Auschwitz. Le parti pris du film est de ne jamais rentrer dans le camp, et rejouer les scènes d'horreur qui s'y sont produites. Sandra Hüller raconte à quel point elle a détesté incarner ce personnage et décrypte le film. Pour le visionner, c'est direction les salles de cinéma à partir du 31 janvier.

Sandra Hüller explique que ces familles de commandant vivaient littéralement au pied du mur des camps. Cela signifie bien sûr qu'ils entendaient, voyaient, ressentaient et sentaient toutes les choses qui s'y passaient. Elle soulève également une question qui revient souvent : Comment les gens pouvaient-ils vivre comme ça ? L'actrice allemande explique que notre société et beaucoup, aujourd'hui, le font tous les jours : "Nous choisissons d'ignorer les choses qui ne correspondent pas à nos vies". Elle fait alors référence à toutes ces personnes qui meurent aux frontières de l'Europe tous les jours.

Dans le film, le réalisateur Jonathan Glazer, voulait, d'une certaine manière, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite