​​« Il faut davantage parler du cancer du sein dans la société pour que les femmes en aient moins peur »

·1 min de lecture

Alice Detollenaere, mannequin et auteure de « Guérie par ton amour », partage dans son autobiographie son combat contre le cancer du sein, et insiste sur l’importance de dédramatiser cette maladie. Entretien.

Publié mi-octobre, en plein Octobre Rose, « Guérie par ton amour » (éd. Leduc) est un récit autobiographique émouvant d’une bataille contre le cancer du sein et ses tabous. Son auteure, Alice Detollenaere, ancienne miss Bourgogne, y détaille chronologiquement comment elle a affronté la maladie, un combat contre les cellules cancéreuses mais aussi contre l’abattement psychologique au quotidien. Avec une sincérité qui fait du bien, et des remarques teintées d’humour, Alice Detollenaere partage la difficulté initiale à accepter la nouvelle, l’intense douleur des biopsies mammaires, même sous anesthésie, son parcours de soin – d’abord chaotique dans une clinique privée puis plus serein à l’Institut Curie –, jusqu’à l’annonce de sa guérison. Toujours portée par le soutien et l’amour de son compagnon, Camille Lacourt, le quintuple champion du monde de natation, à qui elle dédie son livre. La philosophie de cette battante est d’informer le plus possible sur ce cancer qui touche une femme sur huit, pour dédramatiser la maladie et mieux la vivre au quotidien.

ELLE. Vous écrivez « plus la société s’habituera à voir des femmes opérées et des femmes chauves, moins celles qui vivront le cancer s’infligeront le mutisme que je me suis imposée ». Pourquoi le cancer du sein reste-t-il toujours tabou aujourd’hui ?

Alice Detollenaere. Déjà, je pense que lorsqu’on nous annonce qu’on est atteinte d’un cancer du sein, ce qui...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles