Publicité

Les femmes cheffes encore une fois snobées par le Guide Michelin

Les femmes cheffes encore une fois snobées par le Guide Michelin - Adobe Stock
Les femmes cheffes encore une fois snobées par le Guide Michelin - Adobe Stock

Moins de 10 % de femmes cheffes ont été étoilées au sein de l'édition nouvelle du très réputé Guide Michelin. Un chiffre lourd de sens qui en dit long sur les inégalités.

Parmi les 44 nouvelles étoiles du Guide Michelin édition 2023 dévoilées le 6 mars dernier, l'on ne dénombrera que 10 % de femmes. 10 % seulement de cheffes, parmi lesquelles Georgiana Viou (le restaurant "Rouge" à Nîmes), Jeanne Satori pour (le "de:ja" à Strasbourg), Camille Pailleau (le "Rozo" à Marcq-en-Baroeul), Nidta Robert (le "Arborescence" à Croix) ou encore Cybèle Idelot (le "Ruche" aux Yvelines).

Des professionnelles inspirantes, mais un pourcentage qui fait peine à voir en 2023. D'autant plus que parmi ces femmes sacrées par le très réputé guide, il faut encore préciser l'on ne compte qu'une seule cheffe en solo étoilée, Georgiana Viou. Les autres cheffes l'ont effectivement été dans le cadre d'un duo de cuisiniers - elles partageront leur étoile avec leur conjoint. Un détail qui ne fait qu'exacerber cet écart.

"Moins de 10 % de femmes étoilées, ça ne fait toujours pas la différence, malgré leur présence toujours accrue en cuisine ou la parité observée dans les prix spéciaux, notamment du côté de la sommellerie avec la présence de Gaby Benicio pour "l'Aponem" (Hérault) qui partage son prix avec Cyril Kocher de "Thierry Schwartz" à Obernai", déplorent les pages fooding de Télérama.

"Donner de la place aux cheffes"

Ces données ont de quoi faire grincer des dents. Les disparités au sein de la restauration et de la gastronomie, et surtout de ce qui est mis en avant et valorisé, s'avèrent encore flagrantes. On se rappelle par exemple...

Lire la suite


À lire aussi

Aux Oscars, le sacre de Jamie Lee Curtis est une réponse éclatante à l'âgisme
"Je suis très bien comme je suis" : Danièle Gilbert n'a pas eu d'enfants, et elle ne regrette rien
Pour Andréa Bescond, le gouvernement est "incompétent" dans sa lutte contre les féminicides