« First Cow », tendre est l'Amérique

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Avec « First Cow », la cinéaste Kelly Reichardt nous plonge dans l'Amérique du XIXe siècle.

C'est un Petit Poucet qui sème depuis vingt-cinq ans des films ronds, durs et doux comme des cailloux. Cinéaste indépendante, forcée aux petits budgets dont elle a tiré un art, Kelly Reichardt est de retour avec une vraie merveille : « First Cow » ou l'histoire de deux pionniers anonymes, les pieds dans la gadoue. L'un est un cuisinier chinois, l'autre un boulanger irlandais. Et dans leur colonie reculée, le gouverneur anglais décide qu'il ne saurait boire plus longtemps son thé sans un nuage de lait. Il fait donc venir une vache. Et cette « première vache » va unir les deux copains en un destin commun.

Une filmographie à redécouvrir

Dans ce tendre western, à la fois « buddy movie » et film de casse, Kelly Reichardt conjugue ses thèmes (l'aventure, la nature, les liens entre les gens) avec un humour inédit et une douceur contemplative. À Paris, c'est aussi l'occasion de revoir ses films – huit en tout – dont le méconnu « Certaines femmes », avec Kristen Stewart et Michelle Williams, son actrice fétiche, qui joue également dans « La Dernière Piste » et « Wendy et Lucy ». Et de découvrir son génial premier film, « River of Grass » (1994, aussi en DVD chez Extralucid), soit la fugue d'une mère de famille en Floride, sorte de « Down by Law » au féminin, de « Wanda » des années grunge.

« FIRST COW », de Kelly Reichardt, avec John Magaro, Orion Lee (2 h 02). En salle le 20 octobre et rétrospective « L'AMÉRIQUE RETRAVERSÉE »,...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles