Publicité

Pour Florence Foresti, les hommes sont "en majorité" féministes : vraiment ?

Pour Florence Foresti, les hommes sont
Pour Florence Foresti, les hommes sont "en majorité" féministes : vraiment ? - BestImage, BORDE-MOREAU / BESTIMAGE

"J'avais envie de rendre hommage à ces hommes qui sont de l'autre côté, féministes et qui sont la grande majorité". Voilà le topo de Florence Foresti pour son dernier spectacle. Mais les calculs ne semblent pas bons.

"La déclaration d'amour aux hommes de Florence Foresti", c'est ainsi que l'émission "C à Vous" a titré l'invitation en plateau de l'inénarrable Florence Foresti, légende du stand up en France (n'ayons pas peur des mots), qui en plus de ses spectacles et de sa série sur Canal peut se targuer d'être la mère du meilleur Gif employé sur Twitter - son mythique "Mais ferme ta gueule", dont l'efficacité auprès d'un interlocuteur n'a jamais été démentie.

A "C à vous" donc, Florence Foresti est venue évoquer la teneur de son spectacle #BoysBoysBoys, à découvrir sur Canal+. Et face à Anne-Elisabeth (ou simplement Babeth) Lemoine, l'humoriste s'est permise d'aborder un sujet pas si évident : les hommes, et le féminisme. Avec un optimisme bien à elle.

On l'écoute !

"J'ai envie d'apporter un peu de nuance. J'avais envie de rendre hommage à une certaine partie de la population masculine que je connais et que je fréquente, ces hommes qui sont de l'autre côté, féministes et qui sont la grande majorité des hommes, faut pas déconner !", a assuré l'actrice. On connaît la rengaine, "Not all men". Mais "une majorité", vraiment ?

Une étude pas hyper enthousiasmante en face

Précisant qu'elle "grossit le trait" sur scène lorsqu'elle aborde ce grand enjeu - l'engagement des hommes pour l'égalité des sexes à l'ère #MeToo - Florence Foresti a salué les valeurs des mecs qu'elle connaît bien : son père, "modèle de...

Lire la suite


À lire aussi

La star de "Slumdog Millionaire" déclare son amour à "Portrait de la jeune fille en feu"
"Soyez bizarres !" : le conseil déroutant de Jenna Ortega à la génération Z
Les plaintes pour violences sexuelles sont en (grande) majorité classées sans suite