Garou se confie sur son rapport à la célébrité : "On ne voyait plus le personnage"

Capture d'écran TF1

Depuis les années 90, le chanteur Garou s’est construit une solide carrière en enchaînant les hits. Entre Seul, Sous le vent et La rivière de notre Enfance, il est arrivé très vite au sommet à la fin des années 90. Un succès qu’il doit surtout à Notre-Dame de Paris, la comédie-musicale qui l’a propulsée au sommet. Récemment, l’artiste québécois s’est lancé un nouveau défi : enregistrer un album en hommage à Joe Dassin. Très fier de ce nouvel album qui est paru le 4 novembre 2022, Garou s'est confié à nos confrères du Parisien son rapport à ce succès fulgurant, se souvenant l’avoir plutôt vécu comme un traumatisme : "J’ai commencé par le sommet avec le triomphe de Notre-Dame. Comme si on m’avait déposé directement en haut d’une montagne en hélicoptère", a-t-il analysé. "Je vois beaucoup d’artistes qui cherchent à rester en haut coûte que coûte. Moi, j’ai choisi de descendre à ski, pour voir ce qui se passe autour de moi. Et en bas, il y a le chalet ou le tire-fesses pour remonter. Personnellement, je préfère boire un coup au chalet", a expliqué avec modestie.

Si aujourd’hui Garou s’est adapté à cette "starification", il est encore marqué par cette période qu’il a plutôt mal vécue. Ainsi, il n’est toujours "pas très fan" des signatures d'autographes. "Je n’aime pas ce genre de demandes : Ma grand-mère vous adore, on peut faire une photo, avoir un autographe ? Je n’ai jamais été à l’aise avec ça", a-t-il expliqué. Il faut dire qu’à l’époque où il interprétait Quasimodo, il a fait (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite