George Clooney demande à Joe Biden de se retirer de la course à la présidence

George Clooney demande à Joe Biden de se retirer de la course à la présidence

George Clooney critique le projet de Joe Biden de se présenter aux élections présidentielles dans le courant de l'année et demande qu'il se retire.

La star oscarisée s'est sentie obligée d'écrire une lettre ouverte après que le président américain, âgé de 81 ans, a trébuché lors d'un débat désastreux contre Donald Trump le mois dernier.

La semaine dernière, Joe Biden a accordé une interview à George Stephanopoulos, qui a suscité de nouvelles inquiétudes quant à sa capacité à diriger.

Face à des scènes montrant M. Biden luttant pour formuler des mots devant la caméra, George Clooney a écrit dans le New York Times : « Était-il fatigué ? Oui. Un rhume ? Peut-être. Mais nos chefs de parti doivent cesser de nous dire que 51 millions de personnes n'ont pas vu ce que nous venons de voir ».

Et de poursuivre : « Nous sommes tous tellement terrifiés par la perspective d'un second mandat de Trump que nous avons choisi d'ignorer tous les signes avant-coureurs. L'interview de George Stephanopoulos n'a fait que renforcer ce que nous avons vu la semaine précédente. En tant que démocrates, nous retenons collectivement notre souffle ou nous baissons le volume chaque fois que nous voyons le président, que nous respectons, descendre d'Air Force One ou revenir vers un micro pour répondre à une question non scénarisée. »

La star d'Argo a poursuivi en exprimant sa crainte que les démocrates perdent les élections ainsi que leur majorité à la Chambre des représentants et au Sénat si Joe Biden est le candidat en novembre.

Il a également souligné qu'il était injuste de critiquer Joe Biden pour ses capacités cognitives compte tenu de son âge avancé, mais a affirmé que d'autres politiciens partageaient ses inquiétudes.

George Clooney a conclu son article d'opinion en déclarant que se retirer était la seule option possible, en écrivant : « Joe Biden est un héros ; il a sauvé la démocratie en 2020. Nous avons besoin qu'il le fasse à nouveau en 2024 ».