Le guide ultime de la soupe harira marocaine

Camélia Sarnefors
·2 min de lecture

Jeune entrepreneuse marocaine, Sarah Aarab, 25 ans, est à l’origine de Made.Marrakech, une marque de produits alimentaires végétaux. Couronné de succès, c’est entre deux rendez-vous qu’elle nous rencontre, pour nous parler de son projet, mais surtout de la soupe-phare de ce mois de ramadan : la soupe harira. 

Après avoir vécu quatre mois à Bali en septembre dernier, Sarah n’a qu’une idée en tête lors de son retour à Marrakech : développer l’alimentation végétale dans son pays natal. « À Bali, les gens ont vraiment cette optique de manger sainement. Le granola par exemple, ou les laits végétaux sont très populaires là-bas. Il y a toujours cette option du végétal », nous explique-t-elle. Sur la page Instagram de la toute jeune marque que Sarah dirige seule, Made.Marrakech propose une collection de différents granolas, laits et beurres végétaux aux packagings minimalistes. Si à l’heure actuelle, sa cuisine déborde de cartons tout juste emballés par ses propres soins, c’est pour une tout autre raison que nous sommes venus à sa rencontre.

À lire également > Une cheffe surdouée à Marrakech : « J'ai appris à lire le français à travers les recettes »

Quelques heures à peine avant la rupture du jeûne, Sarah se lance déjà dans la réalisation du point commun de toutes les tables du ftour à travers le royaume : la soupe harira. « La harira c’est un incontournable des tables marocaines en période de ramadan. Mon père et mon frère sont des gros buveurs de harira. Mon frère Omar, la prépare tous les jours, seul à Berlin, où il étudie en ce moment », nous confie-t-elle. La jeune femme a grandi dans la cuisine, aux côtés de sa mère passionnée par la discipline. « Maman est une grande cuisinière, c’est elle qui m’a tout...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi