Homme démembré près de Rouen : la personnalité de la victime au cœur des débats

© walencienne/iStock

Au procès, deux visions de Sliman Amara s’opposent : décrit par son ex-compagne comme un conjoint violent, il était un homme « solaire » et « adorable » selon ses proches.

Présenté comme un père aimant mais aussi comme un conjoint violent par une ex-compagne, la personnalité de la victime a été mercredi 16 novembre au cœur de la troisième journée du procès à Rouen de deux amies, jugées pour avoir tué puis démembré le concubin d'une des accusées.

Céline Vasselin, esthéticienne de 35 ans, et Jessica Adam, 39 ans, une cliente devenue amie, sont jugées depuis lundi par la cour d'assises de Seine-Maritime pour avoir drogué, tué par arme blanche et démembré Sliman Amara, avec qui Mme Vasselin avait eu un enfant, dans la nuit du 3 au 4 novembre 2018 dans la banlieue de Rouen.

Céline Vasselin assure que ce meurtre était le seul moyen pour elle d'échapper à un conjoint violent sous l'effet de l'alcool et dont elle ne pouvait briser l'emprise psychologique.

Aucun témoignage direct de ces violences n'était toutefois jusqu'alors venu étayer ses dires, alors que les proches de Sliman Amara évoquent un homme « amoureux » (sa sœur), « solaire » (sa cousine), qui « mettait la joie » (son frère).

Un homme en proie à des crises ingérables selon son ex-conjointe

La cour a entendu mercredi la déposition en visioconférence d'une ex-conjointe.

« Il pouvait être impulsif mais à côté de ça, il était adorable », se souvient cette commerciale, qui avait rencontré la victime à l'âge de 16 ans et se souvient de « très bons moments » en sa compagnie.

Elle parle d'un père « qui s'occupait très bien de sa fille et...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi