Publicité

Hypertension pulmonaire : causes, symptômes, évolution, traitement

L’hypertension pulmonaire se définit par une tension excessive au sein des artères qui relient le cœur aux poumons. Il existe une forme génétique rare non guérissable qui nécessite une prise en charge particulière. Quelles sont les principales étiologies de cette pathologie hétérogène ? Quels sont les traitements disponibles actuellement ?

Les médecins considèrent qu’une hypertension pulmonaire débute lorsque la pression dans les artères des poumons dépasse le seuil de 20 mmHg. Au-delà de cette valeur, le cœur — et plus particulièrement, le côté droit — est soumis à rude épreuve, car il doit redoubler d’efforts pour pomper le sang. Le problème, c’est que les signes cliniques générés par ce type d’hypertension ne sont pas spécifiques et peuvent passer inaperçus pendant longtemps ou être associés à d’autres pathologies comme par exemple : un essoufflement à l’effort (dyspnée), une fatigue accrue, des douleurs thoraciques, une augmentation du rythme cardiaque, des lèvres cyanosées, des œdèmes au niveau des membres inférieurs (RespiFIL)… D’une manière plus générale, l’hypertension pulmonaire affiche une prévalence plus importante chez les femmes âgées 30 à 50 ans, même si tous les âges sont susceptibles d’être touchés. Il existe également des formes pédiatriques de cette maladie, mais qui restent très rares.

L’hypertension pulmonaire peut être induite par de nombreuses affections dont elle va venir compliquer les effets : l’infection par le virus de l’immunodéficience humaine, la sclérodermie, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite