INTERVIEW - Clémentine Célarié : "On m’a souvent dit que j’étais 'trop'. Trop tout"

Une fois n’est pas coutume, nous avons demandé à Clémentine Célarié de poser en une de Femme Actuelle. Parce que nous aimons sa liberté, son franc-parler et qu’en dépit de son métier de comédienne, elle est une femme comme nous, avec ses joies et ses peines.

Femme Actuelle: dans votre livre, Les mots défendus (éd. Albin Michel) vous indiquez votre taille, 1,70 mètre, et votre poids, "62 kilos, parfois moins parfois plus"… les comédiennes ne le disent jamais !Clémentine Célarié: Eh bien tant pis ! Ce qui est génial avec l’âge et que l’on gagne grâce à la maladie, c’est la liberté.

En novembre 2019 vous décrochez le pompon comme vous dites, vous découvrez que vous avez un cancer du côlon...C.C.: Oui je jouais alors Une vie de Maupassant au théâtre des Mathurins quand j’ai appris que j’avais un cancer. Cancer est l’anagramme de cancre. Moi qui étais une élève moyenne, ce cancre a été une épreuve qui a éclairé ma route. Et figurez-vous qu’éclairé c’est aussi l’anagramme de mon nom de famille, Célarié !

Vous jetez dans votre livre les mots "comme des pavés contre l’hypocrisie, les tabous et les faux-semblants", c’est pour ça qu’on vous aime !C.C.: Les tabous, ça nous grignote. Et le cancer fait partie du top 10 des tabous. Vous ne pouvez pas dire que vous en avez un pendant un dîner, sinon tout le monde se fige.

"Et les cheveux qui tombent, ça non plus on n’en parle pas", remarquez-vousC.C.: Oh oui, une femme sans cheveux c’est encore plus mal vu qu’un cancer.

Six mois en chimio (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles