Publicité

« It’s a sin » : 5 choses à savoir sur cette série britannique, devenue culte

La chaîne France diffuse ce lundi 18 mars l’intégralité de la mini-série britannique « It’s a sin ». Une série sortie en 2021 au Royaume-Uni et qui est devenue culte. Elle raconte les aventures d’une bande de jeunes dont la plupart sont homosexuels. Le groupe évolue dans le Londres des années 80 et leur quotidien, leurs ambitions, leurs amours et leurs rêves vont être confrontés à l’épidémie du Sida. France Télévisions a décidé de programmer cette série à l’occasion des 30 ans du Sidaction cette année. Voici 5 choses à savoir sur « It’s a sin ».

Dès ce lundi 18 mars, la chaîne France 2 diffuse la mini-série britannique It’s a sin. Composé de cinq épisodes, le show est sorti sur les écrans en 2021 et nous montre comment une bande de jeunes - avec des rêves plein la tête - vont être heurtés de plein fouet par l’épidémie du Sida qui ravage la communauté homosexuelle en Angleterre, dans les années 80. Voici cinq choses à savoir sur ce programme à ne pas manquer !

A découvrir également : « You & Me » débute ce soir sur Arte : ce qu'il faut savoir sur cette nouvelle série britannique avec des acteurs de « The end of the f***ing world »


Une histoire poignante qui se déroule sur dix ans

It’s a sin débute dans les années 1981. Un groupe de jeunes hommes gay, Ritchie (Ollly Alexander), Roscoe (Omari Douglas) et Colin (Callum Scott Howells), débarquent à Londres et sont prêts à vivre l’effervescence de la capitale, et à profiter pleinement de leur jeunesse. Malheureusement, tout leur joyeux quotidien va être confronté à l’arrivée de l’épidémie du Sida. Sur leur chemin, ils font la rencontre de Jill ( Lydia West) et d’Henry (Neil Patrick Harris).

Neil Patrick Harris, au casting d'It's a sin

Le comédien d’How I Met Your Mother, Neil Patrick Harris, incarne Henry Coltrane qui va être confronté directement au VIH.
À l'époque de la première diffusionde la série, l'acteur avait confié pourquoi il avait accepté de jouer dans la série : «...

Lire la suite sur Femina.fr

A lire aussi