IVG aux États-Unis : cette médecin continuera à prescrire des pilules abortives depuis l'étranger

Désignée en 2020 parmi les 100 personnes les plus influentes par le magazine « Time », Rebecca Gomperts se bat pour rendre l’avortement accessible.

Rebecca Gomperts, médecin néerlandaise de 55 ans, est engagée depuis des années pour l'accès à l'avortement partout dans le monde. Rendue célèbre par son « bateau de l'avortement », dont le parcours est retracé dans un documentaire sorti en 2014 (« Vessel »), elle a offert à des femmes la possibilité d'IVG médicamenteuses au large de la Pologne, de l'Espagne, ou encore du Mexique, depuis les eaux internationales.

Lire aussi >> Ce qu’il faut savoir sur le projet de suppression du droit à l’avortement aux États-Unis

Mais c'est aujourd'hui aux Etats-Unis que son autre organisation, Aid Access, proposant depuis 2018 l'envoi de pilules abortives via internet, connaît une forte hausse des demandes. En cause : la menace d'annulation du droit à l'avortement au niveau fédéral par la Cour suprême américaine.

« Il y a eu une avalanche de demandes ces derniers jours »

Si cette décision est confirmée, une vingtaine d'Etats américains devraient interdire les interruptions volontaires de grossesse (IVG). « Il y a eu une avalanche de demandes ces derniers jours », a déclaré à l'AFP Rebecca Gomperts, évoquant un sentiment de « panique ». « Ce n'est pas seulement quand ça entre en vigueur. Les gens se rendent déjà compte d'à quel point ils sont vulnérables. »

Aid Access, qui est basé en Autriche, travaille avec des médecins aux Etats-Unis pour les requêtes venues des 20 Etats américains où prescrire les pilules par télémédecine est...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

VIDÉO - Etats-Unis: l'avocate de "Roe versus Wade" indignée par les menaces sur l'IVG

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles