Publicité

Jacquot, Doillon, Depardieu… Emmanuelle Devos réagit au #MeToo du cinéma français

Dans un entretien à « La Tribune Dimanche », Emmanuelle Devos s’exprime sur le #MeToo du cinéma français. L’actrice dépeint « un vaste changement sociétal dont le cinéma est un peu le miroir ».

Elle décrit la période actuelle comme une « sorte de nettoyage du passé ». L’actrice Emmanuelle Devos s’est exprimée dimanche 11 février sur le #MeToo du cinéma français dans « La Tribune Dimanche ». Une enquête pour viols sur mineure a été ouverte la semaine dernière contre les réalisateurs Benoît Jacquot et Jacques Doillon, suite aux faits dénoncés par Judith Godrèche. « Je pense que nous sommes dans un moment de bouleversement […] avant de voir si le présent sera mieux ou pas », souligne Emmanuelle Devos.

Lire aussi >> #MeToo dans le cinéma : Judith Godrèche revient pour la première fois sur sa relation à 14 ans avec un réalisateur de 40

L’actrice estime que « de mauvaises pratiques du passé sont en train d’être mises au jour ». « Nous sommes dans un vaste changement sociétal dont le cinéma est un peu le miroir », appuie-t-elle. Et d’illustrer : « Quand on aura enfin compris qu’on n’a pas le droit de peloter une figurante ni de mal parler à un technicien, qu’on peut être viré d’un film même si on est une grande star, les choses changeront. » La comédienne espère surtout voir les choses changer pour celles « qui n’ont pas de pouvoir : les maquilleuses, les techniciennes, les régisseuses ».

« Je sépare très volontiers l’homme de l’artiste »

Emmanuelle Devos regrette cependant un manque de dialogue, déplorant une époque où « on ne réfléchit plus ». « Tout le monde a la trouille : même les...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi