"J'ai mis du temps à m'en sortir" : placée sous oxygène, Roselyne Bachelot revient sur sa contamination à la Covid-19

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Depuis le début de l'année 2020, la pandémie de la Covid-19 a fait de nombreux dégâts : confinement à plusieurs reprises, port du masque obligatoire, multitude de décès à travers le monde, contaminations en forte hausse, personnel hospitalier surchargé... Très peu de personnes ont échappé aux conséquences du virus. En France, on dénombre plus de 30 millions de cas depuis le début de la pandémie et pas moins de 146.000 décès. Ce qui fait de lui, le quatrième pays le plus touché par la Covid-19. Si certaines personnes se sont vues être contaminées sans avoir de réels symptômes, d'autres n'ont pas été épargnés par la maladie, et ce, malgré la vaccination déployée en France. C'est le cas de l'ancienne ministre de la Culture, Roselyne Bachelot, qui n'a pas vécu une partie de plaisir lors de sa convalescence.

Invitée de l'émission Chez Jordan, une émission diffusée le 1er juillet 2022 sur Télé-Loisirs, Roselyne Bachelot est revenue sur sa longue période de contamination à la Covid-19. Souvenez-vous, en mars 2021, l'ancienne ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale de Nicolas Sarkozy a été testée positive au coronavirus. Si cela peut vous sembler banal désormais, l'état de santé de la femme de 75 ans a rapidement basculé du côté obscur puisqu'elle a terminé à l'hôpital. Roselyne Bachelot a été placée sous oxygénothérapie renforcée pendant plusieurs semaines, pour éviter une possible insuffisance respiratoire. Mais après avoir été guérie de la Covid-19, maladie "dont elle a (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles