Publicité

Jeanne Balibar lumineuse dans ce beau portrait de femme à découvrir en salles

Jeanne Balibar lumineuse dans ce beau portrait de femme à découvrir en salles - Eurozoom
Jeanne Balibar lumineuse dans ce beau portrait de femme à découvrir en salles - Eurozoom

Quel avenir pour la vie amoureuse des femmes une fois passé un certain cap ? A découvrir d'ors et déjà en salles, le mélancolique "Laissez-moi" répond à cette belle interrogation féministe en mettant à l'honneur la lumineuse Jeanne Balibar.

Paré de son titre qui résonne à la fois comme une invitation et un ordre, Laissez-moi est un portrait de femme audacieux, actuellement au cinéma. La femme en question, c'est Claudine, modeste couturière qui redécouvre la liberté lors de séjours éphémères dans un hôtel de montagne. Là-bas, cette mère de famille ordinaire se remet à fréquenter des hommes...

Entre sexe et affects, expérience toujours très solitaire de la maternité et indépendance sentimentale (et sensuelle) qui vient bousculer la routine, que signifient au juste pour elle ces parenthèses enchantées en compagnie d'inconnus ? Saisir le désir des femmes de cinquante ans et plus, semble être le motif de bien des cinéastes aujourd'hui : on pense notamment à la réjouissante comédie Iris et les hommes, et sa Laure Calamy devenue addict aux applis de dating et autres "coups d'un soir".

Avec beaucoup plus d'intériorité, Laissez-moi explore cet enjeu résolument féministe en scrutant Jeanne Balibar, actrice lumineuse à la filmographie impressionnante. En résulte un beau premier film sur la confusion des sentiments et l'éclosion d'une idylle amoureuse au sein de l'immensité.

Une oeuvre anti-âgiste où Jeanne Balibar éblouit

Dès son synopsis, Laissez-moi s'envisage volontiers comme un film anti-âgiste. L'âgisme, c'est le fait d'invisibiliser les individus, et plus encore les femmes, une fois dépassé le virage de la...

Lire la suite


À lire aussi

Cinéma : 3 super portraits de femmes à voir gratuitement en streaming ce weekend
Congélation des ovocytes : Kristen Stewart l'a fait, elle témoigne !
"J'ai deux gnomes, vive la crèche !" : Lou Doillon sans filtre sur la charge maternelle