EN IMAGES - Jocelyn Quivrin disparaissait il y a 12 ans : retour sur le destin brisé de l'acteur français

Virginie Guichaoua
·11 min de lecture
Photo by Franck CRUSIAUX/Gamma-Rapho via Getty Images
Photo by Franck CRUSIAUX/Gamma-Rapho via Getty Images

Il y a presque 12 ans, Jocelyn Quivrin nous quittait. Décédé prématurément à l’âge de 30 ans, l’ancien compagnon d’Alice Taglioni, que tout le monde promettait à un bel avenir, a perdu la vie en 2009 dans un tragique accident de la route. Retour sur le destin fauché du comédien, qui aurait dû fêter son 42e anniversaire ce 14 février 2021.

Les circonstances de son décès

Jocelyn Quivrin est décédé le 15 novembre 2009 au cours d’un grave accident de la route tandis qu’il était au volant de sa voiture. Les circonstances dans lesquelles il a perdu la vie ont rapidement été dévoilées, quelques jours après le drame. Au volant de son Ariel Atom (une voiture en forme de bolide de course, dépourvu de carrosserie et ne possédant pas de pare-brise), c’est vers 23h30 que l’acteur est entré en collision avec un mur du tunnel de l'autoroute A13 à hauteur de Saint-Cloud (Hauts-de-Seine).

Photo by Stephane Cardinale/Corbis via Getty Images
Photo by Stephane Cardinale/Corbis via Getty Images

Selon les premières constatations des experts dépêchés sur les lieux de l’accident, c’est la vitesse qui aurait été la cause première de la sortie de route du véhicule. L'aiguille du compteur restée bloquée lors de la découverte de l’épave indiquant le chiffre de 230 km/h. “Mais rien n'indique que l'acteur roulait à cette vitesse”, avait cependant tenu à préciser la brigade judiciaire de la CRS autoroutière Ouest-Ile-de-France, qui pensait à l’époque que l'aiguille aurait tout aussi bien pu être déplacée par le choc. Cette dernière ajoutant que, ce jour-là, la chaussée avait aussi été rendue humide par de mauvaises conditions météo. On découvrira par la suite que le conjoint d’Alice Taglioni avait été victime d’un traumatisme crânien d'une extrême gravité, entrainant immédiatement sa mort au moment où sa voiture est venue percuter la rampe de béton.

VIDÉO - Ce drame qui a fait basculer la vie d’Alice Taglioni :

Au volant d’une voiture non homologuée en France

Collectionneur de belles voitures, Jocelyn Quivrin était le propriétaire d’une Ariel Atom qui a fini par le conduire à sa perte. Mais avait-il seulement conscience que cet engin puissant, davantage conçu pour les circuits que pour la route, était à ce point dangereux à conduire ? Fabriquée en Grande-Bretagne par Ariel Motor Company, cette voiture rare – bien qu’autorisée à rouler sur le territoire français – pose néanmoins problème pour son homologation par les Directions régionales de l’industrie de la recherche et de l’environnement (Drire). En effet, l’immatriculer en France peut s’avérer être rapidement une démarche fastidieuse, ce dont avait conscience le jeune homme, qui avait par ailleurs fait immatriculer son véhicule Royaume-Uni. Avec ses 300 chevaux pour 500 kilos, il suffit à ce roadster de 2,8 secondes pour passer de 0 à 100 km/h et de 12 secondes de 0 à 200 km/h. Autant dire qu’il faut être un pilote aguerri pour la maitriser. Chose que n’était peut-être pas le comédien épris de sensations fortes, qui déclarait quelques mois avant sa mort à Paris Match qu’il venait d’acquérir une Ariel Atom qu’il considérait comme “une voiture formidable pour faire l’idiot avec ses potes”.

Un choc pour la profession

En apprenant la mort de Jocelyn Quivrin, nombreuses ont été les personnalités du monde du cinéma et du spectacle à réagir à ce drame si soudain. Sous le choc, Sophie Marceau fût l’une des premières à s’émouvoir de la disparition du comédien à qui celle-ci avait donné la réplique dans LOL en 2008. “C’était un type normal, avec ce petit grain de folie, qui le rendait attachant, intéressant. On avait tout de suite un élan de sympathie pour lui. Il avait une douceur, une petite folie douce qui le rendait très original et très agréable dans le travail, mais aussi dans la relation humaine”, avait déclaré l’actrice.

VIDÉO - Découvrez le portrait de Sophie Marceau, en une minute :

Même réaction consternée chez Bénabar, qui n’avait pas imaginé lui non plus que la carrière de la star serait si brève. “À chaque fois que je faisais des interviews pour la promo du film, je disais à tout le monde : ‘Jocelyn, vous êtes partis pour le voir pendant des décennies’.”, avait confié celui avait joué avec lui dans le film Incognito. “Il allait devenir un acteur qui compte dans le cinéma”, avait pour sa part regretté Franck Dubosc parlant du décès du compagnon d’Alice Taglioni comme “d’un mauvais rêve”. Et le temps fût loin d’atténuer la peine de ceux qui avaient connu la vedette de L'Empire des loups. Car dix ans après, c’est Jean Dujardin – avec qui Jocelyn avait tourné dans 99 Francs – qui, à son tour, le jour de l’anniversaire de sa mort, s’était remémoré sa mémoire en postant sur son profil une photo d’eux deux.

Cette chanson que Bénabar lui a dédicacée

En 2008 sortait sur les écrans le film Incognito d'Éric Lavaine dans lequel Bénabar faisait ses grands débuts au cinéma. Dans ce long-métrage, le chanteur y incarnait un artiste en manque d’inspiration décidant de piquer les chansons d'un ami pour faire carrière. Un ami incarné par Jocelyn Quivrin avec lequel l’auteur de L’Effet Papillon avait rapidement sympathisé par la suite. Touché comme d’autres par la disparition brutale de son partenaire de jeu lui dédiera le titre Les Mirabelles dans son sixième album Les bénéfices du doute, sorti deux ans après le drame. “On m'a dit que t'étais là haut ? J'ai du mal à le croire, ce serait trop beau. Pourtant j'avoue, que parfois d'ici-bas, je lève les yeux, je regarde vers toi...”, chante-t-il dans ce morceau poignant évoquant le deuil.

Photo by Francois Durand/Getty Images
Photo by Francois Durand/Getty Images

Où est-il enterré ?

Quelques jours après l’accident, c’est dans l’église réformée de l’Étoile située dans le XVIe arrondissement de Paris que les obsèques de la star avait été célébrées le 21 novembre 2009. Après une cérémonie aussi solennelle que recueillie où s’était illustrée par sa dignité Alice Taglioni – la compagne de Jocelyn Quivrin et mère de leur fils – la dépouille mortelle du comédien, placée dans un cercueil en chêne clair, avait été inhumée au cimetière du Père-Lachaise. Durant la messe, l’actrice, qui longtemps avait envisagé une carrière de pianiste avant de se tourner vers le cinéma, mettra à contribution son talent pour jouer un requiem bouleversant en hommage à son bien-aimé.

Photo credit should read Olivier Laban-Mattei/AFP via Getty Images
Photo credit should read Olivier Laban-Mattei/AFP via Getty Images

La douloureuse reconstruction d’Alice Taglioni après le drame

Rencontrés sur le tournage du film Grande École en 2004, Jocelyn Quivrin et Alice Taglioni formaient à n’en pas douter un des plus jolis couples du septième art français. Jeunes, beaux, talentueux… Tout semblait sourire aux deux tourtereaux qui, depuis le 18 mars 2009, étaient devenus les heureux parents d’un petit garçon prénommé Charlie. Un bonheur sans faille donc, jusqu’à ce que le drame le fasse voler en éclats. Dévastée par la perte de son partenaire, Alice Taglioni, restée seule avec leur enfant de 8 mois, saura néanmoins puiser une force exceptionnelle en elle pour surmonter cette douloureuse épreuve.

Photo by Stephane Cardinale/Corbis via Getty Images
Photo by Stephane Cardinale/Corbis via Getty Images

“C'est une femme à très fort caractère. (…) Elle sait mieux que personne que Jocelyn lui-même n'aurait jamais accepté qu'elle lâche prise”, expliquait trois mois après la tragédie un proche des amoureux au magazine Gala. “Devenir mère est la plus belle chose qui me soit arrivée”, avait quant à elle confié la jolie blonde quelques années après la mort brutale de son conjoint, expliquant que malgré ce choc dans sa vie, elle ne voulait pas transmettre ses peurs à son enfant. “Je suis angoissée pour un rien. Quand la nounou ne répond pas tout de suite au téléphone, je suis tentée parfois d'appeler la police. Mais je me soigne”. Après une longue période de deuil, la jeune femme se remettra en couple en 2014 avec le journaliste Laurent Delahousse avec qui elle a depuis eu deux enfants, une petite Swann née en 2016 et un petit garçon né fin 2019.

Une carrière météore débutée dès l’enfance

Jocelyn Quivrin a débuté très jeune sa carrière cinématographique. Après avoir enchainé les apparitions dans des séries télé comme Les Compagnons de l'aventure : Lola et les Sardines, Navarro ou Julie Lescaut, il a fait sa première apparition sur grand écran dès l'âge de treize ans dans la fresque historique Louis, enfant roi où il incarnait le Duc d’Anjou, frère de Louis XIV. Par la suite, on le verra tour à tour chez Cédric Klapisch dans le film Peut-être aux côtés de Romain Duris ou encore chez Thierry Binisti, donnant la réplique à Éric Cantona dans L'Outremangeur en 2003. En 2007, c’est sa prestation en collègue d’un publicitaire dépressif incarné par Jean Dujardin dans 99 Francs qui lui apportera une sérieuse assise dans milieu du septième art français, puisque ce rôle lui permettra d’être nommé au César du Meilleur espoir masculin. Promis à un bel avenir professionnel, l’année de sa disparition en 2009, le comédien était à l’affiche de pas moins de cinq productions. Ex-bassiste de groupe de rock dans le film Incognito d’Éric Lavaine aux côtés de Bénabar et Franck Dubosc, il donnait cette même année la réplique à Sophie Marceau dans la comédie Lol et apparaissait dans ce qui sera son tout dernier long-métrage – Ensemble, c’est trop – de son amie Léa Fazer dans lequel il incarnait le fils débordé de Nathalie Baye et Pierre Arditi.

Un passionné de sport automobile

Mort au volant de son roadster, Jocelyn Quivrin n’a jamais fait mystère d’être un passionné de sports mécaniques. Féru de bolides, il s’était même entretenu un an avant son décès au sujet de sa passion dans les pages de Studio Magazine. Confiant avoir possédé une Porsche 911 dès l’âge de 20 ans, qu’il avait acquis “pour le prix Renault d'occasion”, il affirmait que s’il n’avait pas fait du cinéma, il aurait aimé être mécanicien. Regrettant à l’époque que ses rôles ne lui permettent pas de réaliser de scène spectaculaire en voiture, la vedette n’hésitait d’ailleurs pas à s’exalter à l’évocation d’un film d’action comme Fast and Furious. “Ils ont repoussé les limites pour filmer les courses-poursui­tes. Aux États- Unis et au Japon, sur Tokyo Drift [le troisième volet de la saga, ndlr.], des machinistes ont travaillé sur des systèmes de caméra qui tournent autour des voitures jusqu'à 150 km/h pour proposer des plans inédits”, s’était-il un jour enthousiasmé ignorant alors qu’il partagerait le même destin tragique avec l’acteur de Fast and Furious, Paul Walker, lui aussi décédé dans un accident de la route.

Ce film qu’il n’a pas eu le temps de réaliser

Habitué jusqu’ici aux comédies populaires et aux films grand public, Jocelyn Quivrin s’était étonnement vu proposer en 2007 de changer de registre en tournant sous la direction du cinéaste Éric Rohmer. Chantre d’un cinéma d’auteur aussi économe qu’exigeant, le réalisateur français âgé de 86 ans – qui tournait à cette époque son tout dernier film intitulé Les Amours d'Astrée et de Céladon – avait laissé une grande impression chez le jeune homme, qui avait toujours secrètement rêvé de tourner avec lui. Changé par cette expérience, ce dernier avait eu par la suite l’idée de réaliser à son tour un long-métrage dans lequel il avait prévu de raconter les coulisses de ce tournage atypique qui l’avait tant marqué. Hélas, le sort en décidera autrement puisque Jocelyn Quivrin disparaitra avant même d’avoir fini d’en écrire le scénario. Mais son projet avorté ne restera cependant pas dans les tiroirs. En 2014, son amie réalisatrice Léa Fazer reprendra le flambeau et finira par donner vie à ce projet qui deviendra le long-métrage Maestro. Une œuvre saluée à sa sortie par la critique et dans lequel l’acteur Pio Marmaï s’était glissé dans le rôle qu’aurait probablement dû incarner Jocelyn à l’écran.

Affiche du film Maestro ©2014
Affiche du film Maestro ©2014

Ce court-métrage qu’il a quand même eu le temps de signer

Cela restera comme l’unique œuvre personnelle que la vedette aura laissé à la postérité avant de disparaitre. En 2006, Jocelyn Quivrin avait en effet réalisé un court-métrage intitulé sobrement Acteur dans lequel celui-ci avait fait tourner sa compagne Alice Taglioni, mais aussi Jean-Pierre Cassel et Nathalie Baye. D’une durée de 12 minutes, cette œuvre visiblement très autobiographique traitait des coulisses du cinéma et du parcours assez édifiant d'un comédien confronté au fait de passer de l’anonymat à la célébrité. Un film qui laisse penser que la star songeait peut-être à se tourner à un moment ou à un autre vers la réalisation si la vie lui en avait laissé le temps.