Un journaliste condamné à 7.000 d’amende pour injure sexiste envers une blogueuse

©Istock

Le journaliste Vincent Pousson a été condamné ce mercredi 25 janvier à 7.000 euros d’amendes pour avoir prononcé des injures sexistes sur les réseaux sociaux à l’encontre de Sandrine Goeyvaerts, blogueuse spécialisée dans le vin.

Le journaliste Vincent Pousson, spécialisé dans le vin, a été condamné mercredi à Paris pour « injure publique à raison du sexe » envers la caviste, blogueuse et autrice belge Sandrine Goeyvaerts, sur fond de polémique autour d'une caricature sexiste.

Le tribunal correctionnel a infligé à Vincent Pousson une peine de 1.000 euros d'amende avec sursis et lui a ordonné de verser à la plaignante 4.000 euros de dommages et intérêts et 2.000 euros au titre des frais de justice.

Dans un message posté sur Facebook en décembre 2020, il avait traité la caviste de « mégère » et de « poissarde », termes qui relèvent bien de « l'injure à caractère sexiste », avait estimé la procureure à l'audience le 24 novembre.

Injures sexistes sur les réseaux sociaux

L'affaire trouve son origine dans la publication en novembre 2020, par la revue d’œnologie « En Magnum », d'une caricature, relayée sur les réseaux sociaux, où figure une jeune caviste en robe décolletée proposant des faveurs sexuelles à un client.

« A partir du moment où je me suis positionnée en interrogeant le sexisme de la caricature, je me suis heurtée à un mur de propos haineux, dénigrants », avait expliqué Sandrine Goeyvaerts à la barre.

En réaction, elle publie un article sur le site du groupe d'audiovisuel belge « RTBF » intitulé « Cyberharcèlement, insultes : le monde du vin n'est pas épargné », qui renvoyait, parmi d'autres exemples, à un article de Vincent...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi