Publicité

Kate Middleton, reine du recyclage de tenues : à Boston, la princesse de Galles attire les regards avec un look déjà porté il y a un mois

C’est une règle qui régit la garde-robe de nombreuses célébrités et fashionistas : ne jamais porter une même tenue en public deux fois. Une règle un peu démodée, non, en ces temps de folle inflation et surtout d’urgence climatique nourrie par la surconsommation ? Et si on suivait plutôt le royal exemple de Kate Middleton ? L’une des signatures mode de la très stylée princesse de Galles est en effet de recycler ses looks. Ces dernières années, l’épouse du prince William s’est ainsi maintes fois illustrée en arborant la même pièce à plusieurs reprises.

Kate Middleton fidèle à la veste en tweed Chanel, un classique mode

Et alors que Kate et William ont mis le cap sur Boston, pour un voyage officiel de trois jours aux Etats-Unis, la future reine consort a de nouveau fait sensation en s’affichant dans une tenue déjà portée il y a peu. Ce mercredi 30 novembre, le couple royal s’est offert une petite pause sportive en assistant au match de basketball des Boston Celtics, l’équipe locale. Au premier rang, Kate Middleton a attiré tous les regards avec sa veste en tweed cintrée bleu électrique de la maison Chanel. Un blazer vintage Chanel que la duchesse de Cambridge avait déjà porté le 13 octobre dernier lors d’une sortie au London’s Olympic Park. Lors de ces deux événements, la maman de George, Charlotte et Louis arborait d’ailleurs un look assez similaire. A chaque fois, elle a en effet associé sa veste en tweed à un pantalon (...)

Lire la suite sur Grazia

Hailey Bieber défie les codes de l’hiver avec une robe ultra mini
Harry et Meghan : Netflix dévoile les premières images de leur documentaire
Le Grand Numéro de CHANEL : une expérience olfactive inédite à découvrir au Grand Palais avec ses objets exclusifs
Les tea-time de Noël signés par de grands chefs à tester en décembre pour goûter à la magie des fêtes
La collab Zara x ADER error nous met face à un dilemme : rester raisonnable ou s’attirer les foudres de notre banquier