Kitsch, sexy, badass : pourquoi Kristen Stewart trouve selon nous son meilleur rôle dans "Love Lies Bleeding", l'ovni queer à voir en salles

Kitsch, sexy, badass : pourquoi Kristen Stewart trouve selon nous son meilleur rôle dans
Kitsch, sexy, badass : pourquoi Kristen Stewart trouve selon nous son meilleur rôle dans "Love Lies Bleeding", l'ovni queer à voir en salles - Metropolitan

C'est comme si Tarantino se mettait à lire des manifestes féministes. Le thriller lesbien "Love Lies Bleeding" débarque en plein Mois des fiertés chez nous et enchante ce 12 juin un paysage ciné maussade d'une grosse dose d'irrévérence. Kristen Stewart y tient le rôle d'une vie.

Pour comprendre pourquoi la sortie de "Love Lies Bleeding" dans nos salles ce 12 juin est un événement, il faut remonter dans le temps. Pas trop loin, rassurez-vous. Jusqu'en avril dernier, lors de la projection au sein du festival bruxellois du BIFFF du second long-métrage de la réalisatrice Rose Glass. Une projo qui engendré un véritable carnage : remarques potaches bien lourdes de mecs peu inspirés voire carrément homophobes, protestations au sein de l'audience, rixes entre spectateurs et spectatrices queer...

Cette love story lesbienne entre une gérante de salle de gym (Kristen Stewart) et une culturiste prête à tout pour gagner un concours (Katy O'Brian) prend place en plein coeur des années 80, à une époque lointaine, et pourtant, c'est un "mood" bien rétrograde qui s'est ressenti durant cette séance douloureuse du 13 avril. Ou, comme le résume le Huff Post, un cocktail "d'homophobie, toxicité et violence". Tout un programme.

Depuis le large buzz engendré par l'événement, le BIFF a présenté excuses et mesures, une sortie salles de Love Lies Bleeding a été annoncé en France, nous avons pu le voir, et spoiler : c'est un véritable ovni qui mixe les genres pour célébrer, en plein Mois des fiertés, l'irrévérence du cinéma queer. Mieux encore : c'est un film à l'érotisme franc qui met à l'honneur la plus mésestimée des grandes actrices : Kristen Stewart.

Elle y trouve même son meilleur rôle. Si si.,

Aller voir "Love Lies...

Lire la suite


À lire aussi

"Une tête de femme factice" : faut-il s'inquiéter des androïdes "plus humain(e)s" ?
"Les enseignants ne connaissent pas la langue des signes" : sur plus d'un million d'enfants Pakistanais sourds, moins de 5% vont à l'école
Handicap : à Hong Kong, une équipe de sportifs malvoyants défie les vagues (et le validisme)