L'édito de Marion Ruggieri : « Corps il te plaira »

©Jan Welters

C'est le retour de la minijupe. Encore ? Même pas mini. Micro minijupe, ça s'appelle. Un genre de tube posé autour des hanches. Mieux : c'est le retour de la micro minijupe léopard. Ou zèbre. Ou fuchsia. Ou portée avec une brassière. Bref, comme on l'apprend sous l'élégante plume de Sylvain Michaud : le mauvais goût se porte bien. Faut-il s'en réjouir ? La réponse est… oui ! D'abord, parce qu'on est toujours le mauvais goût d'un autre. Ensuite, parce qu'on aime ça, un peu, non ? (#Sailor et Lula). Enfin, parce qu'il y a de la joie dans l'idée de s'habiller comme ça nous chante – quitte à ne garder que l'idée. Pas d'ordonnance, d'injonction, d'étiquette. Tu veux te kardashianiser : c'est O.K.

C'est tout le fil de ce numéro « border » été. Un petit air de liberté. On plonge avec Colombe Schneck et sa sœur Marine dans toutes les piscines de Paris : la nage c'est le corps, l'oubli. C'est le quotidien, aussi, de l'écrivaine Chantal Thomas qui vient d'être reçue à l'Académie française, où elle occupera le fauteuil de Jean d'Ormesson dont le bleu nous manque… Nager, c'est être libre de ses mouvements : dans l'eau, personne ne vous juge. C'est la solitude et le mélange, l'anonymat et la diversité, une société qui tient ensemble dans un rectangle. Qui fait corps ?       

Zar Amir Ebrahimi, elle, revient de loin. L'actrice iranienne a dû fuir son pays en 2008 après qu'une « vidéo personnelle » lui a été dérobée. Des années de...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles