L’agenda culturel de... Melha Bedia

©Ampilhac Mireille/ABACA

Elle est à l’affiche de  « La très très grande classe », la comédie gondolante de Frédéric Quiring, et signe « Miskina, la pauvre  », sa toute première série. L’occasion pour Melha Bedia de partager ses coups de cœur.

Sa série

« Ramy », de Ramy Youssef.

« J'ai découvert pendant le confinement cette série géniale sur les déboires d'un millennial égypto-américain, qui cherche à devenir un bon musulman. Et je m'en suis inspirée pour “Miskina, la pauvre”, la série que j'ai écrite et coréalisée avec Anthony Marciano. Il y a beaucoup de moi dans ces huit épisodes. » En replay sur Canal+.

Son spectacle          

« Zèbre », de Paul Mirabel.

« Ce mec est génial. Il a un truc très fort pour un humoriste — un peu sur le mode de Blanche Gardin –, il tient son personnage sur la longueur. Il peut tout faire, il a un côté un peu lunaire, et j'adore sa façon de dire l'absurdité de la vie. »

En tournée en France.                                         

Son livre                                                                                 

« La discrétion », de Faïza Guène.

« Mon livre de chevet. Parce qu'il rend hommage à toutes les mères et grand-mères immigrées du Maghreb. Parce qu'il décrit de façon bouleversante le parcours d'une femme qui ferme les yeux sur le mépris dont elle est victime. Et pour cette scène qu'on a toutes vécue : lorsque la fille accompagne sa mère refaire ses papiers et que la personne au guichet, parce que la mère maîtrise mal le français, lui...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles