« L’amour court les rues » : 25 femmes portent plainte contre un street-artiste pour viols et agressions sexuelles

Ophélie Daguin

Une enquête pour viols et agressions sexuelles a été ouverte après que 25 femmes ont porté plainte contre un street-artiste parisien connu pour son tag « L’amour court les rues ».

Ce mardi 7 juillet, vingt-cinq femmes ont déposé une seule et même plainte auprès du procureur de la république de Paris, pour viols et agressions sexuelles à l’encontre d’un graffeur parisien, connu pour son tag « L’amour court les rues », rapporte « France info ». Une seconde plainte qui vient s’ajouter à l’enquête préliminaire ouverte le 26 juin par le parquet de Paris. Les vingt-cinq victimes présumées dénoncent des faits qui se seraient déroulés entre 2009 et 2020, dans le 18e arrondissement de Paris, et plus précisément dans le quartier de Montmartre. Douze femmes auraient été violées par l’artiste, treize autres auraient été agressées sexuellement, précise « France info ». Toutes étaient âgées de 16 à 26 ans au moment des faits présumés. Selon le texte de la plainte, rapporté par « L’Obs », les jeunes femmes se sont vues proposer de l’alcool ou de la drogue avant que le street artiste ne change d’attitude et devienne violent et agressif.

Les vingt-cinq plaignantes sont représentées par maître Valentine Rebérioux et maître Louise Bouchain, avocates spécialistes dans les affaires de violences sexuelles. « La manière dont ces jeunes femmes ont été abordées par cet homme est toujours la même. Il les a contactées à chaque fois à des fins professionnelles, en se vantant très largement de sa renommée et de l’influence qu’il aurait dans des milieux artistiques et dans la mode », explique maître...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi