L’influenceuse Poupette Kenza, mise en examen pour tentative d’extorsion, reste en détention provisoire

Kenza Benchrif, suivie par 1,3 million d’internautes sur Instagram, mise en examen et incarcérée pour tentative d’extorsion en bande organisée et association de malfaiteurs, est maintenue en détention ce jeudi 11 juillet. Retour sur l’affaire.

Mise à jour le 11 juillet 2024 – L'influenceuse Poupette Kenza, mise en examen et incarcérée pour tentative d'extorsion en bande organisée et association de malfaiteurs, a été maintenue en détention provisoire, a-t-on appris   ce jeudi 11 juillet auprès du parquet de Rouen.

Son placement en détention provisoire a fait l'objet d'un débat jeudi devant le juge des libertés et de la détention. « Je vous confirme le placement en détention provisoire de Mme Kenza Benchrif, conformément aux réquisitions du parquet de Rouen, par ordonnance du juge des libertés et de la détention en date de ce jour », a indiqué le procureur de la République de Rouen, Frédéric Teillet.

Article du 9 juillet –  L'influenceuse Poupette Kenza a été mise en examen et incarcérée pour tentative d'extorsion en bande organisée et association de malfaiteurs, a appris l’AFP lundi 8 juillet auprès du procureur de Rouen, confirmant les révélations du « Parisien », ainsi que les informations de France Bleu et du  « Monde ».

Poupette Kenza, de son vrai nom Kenza Benchrif, a été mise en examen après la plainte, le 23 février 2024, d'un couple qui a « fait l'objet de diverses surveillances (physiques, implantation de mini-caméra aux abords de leur domicile et balise GPS placée sur leur véhicule) et a été physiquement menacé sous condition de remise d'une somme de 200 000 euros », selon un communiqué du procureur de la République de Rouen Frédéric Teillet.

Homme...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi