Publicité

Voici comment l’insomnie peut devenir source de créativité

Créer plutôt que ruminer, tel est le défi que certains insomniaques relèvent chaque nuit, ou presque. Un gâteau, une chanson, le début d'un roman… nos réveils nocturnes peuvent être l'occasion d'exprimer notre fibre artistique. Témoignages.

On s'en plaint souvent, on la déteste, elle nous pourrit l'existence, nous met même, nous et les autres, en danger. Ce n'est jamais notre meilleure amie, plutôt notre pire ennemie.

À découvrir également : Difficultés à s'endormir : voici les bons réflexes à adopter

On pourrait reprendre en chœur l'un des passages de la chanson de Barbara, les Insomnies : « Le paradis, ce serait, pour moi, de m'endormir la nuit. Mais je rêve que je rêve qu'on a tué mes insomnies. » On ignore si la chanteuse a profité d'une nuit blanche pour la composer, mais on sait, en revanche, que la célébrissime Javanaise a été écrite par Serge Gainsbourg pour Juliette Gréco après une nuit d'insomnie en duo ; et que les entêtants riffs de guitare de Satisfaction, des Rolling Stones, ont été trouvés par Keith Richards alors qu'il était à moitié réveillé, une nuit de mai 1965, dans une chambre de l'hôtel Hilton, à Londres.

« Comme un labyrinthe »

Si tous les insomniaques ne sont pas des faiseurs de tubes planétaires, on retrouve beaucoup de compositeurs, de chanteurs, de musiciens parmi les fâchés avec Morphée. Une pure coïncidence ? La chanteuse Pomme, dans son titre Ceux qui rêvent, évoque ses insomnies (« Ahah, minuit est là, ahah, je ne dors pas »), tout comme Cléa Vincent, qui nous raconte : « Mon deuxième album s'appelle Nuits sans sommeil [chez Midnight Special Records], c'est dire ! Mes insomnies sont arrivées alors que je...

Lire la suite sur Femina.fr

A lire aussi