La calvitie pourrait un jour être « optionnelle »

La perte de cheveux pourrait être évitée. [Photo: Getty]

La calvitie pourrait un jour être "optionnelle", d’après un médecin.

D’après le Dr Michele Green, du Lenox Hill Hospital de New York, les follicules pileux pourraient être "régénérés".

Des scientifiques du Mount Sinai Hospital, New York, ont conclu que des signaux perturbés entre les cellules des follicules pileux entraînaient la chute de ces derniers chez les souris.

Le mécanisme étant similaire chez l'homme, l'équipe pense que bloquer ce processus permettrait de "conserver la tige capillaire existante".

Chaque cheveu aurait un "cycle de vie".

Tout commence avec les papilles dermiques à la base du follicule.

Ces cellules spécialisées remontent lentement vers les cellules souches à la pointe. Les cellules souches sont des cellules de base qui peuvent se transformer en forme cellulaire plus spécialisée.

Les cellules souches reçoivent des signaux provenant de papilles dermiques voisines "afin d’initier la phase de croissance suivante et créer une nouvelle tige capillaire, alors que la tige précédente tombe", affirment les scientifiques.

Ces signaux sont parfois perturbés, conduisant à une perte de cheveux sans nouveau follicule de remplacement.

Les scientifiques ignoraient auparavant comment les papilles dermiques se déplaçaient vers les cellules souches.

Mais, ils ont conclu en étudiant des souris que "la gaine cutanée autour des follicules pileux en croissance était un muscle lisse qui se contractait, poussait la tige vers le haut et tirait la papille dermique", a confié l’auteur principal Dr Michael Rendl.

Pendant la phase de "destruction", la gaine cutanée se contracte et fait tomber les "vieilles" tiges.

Des expériences menées sur les cheveux humains ont permis de conclure que le mécanisme était similaire.

Cette destruction se produit naturellement chez tout le monde, mais peut entraîner la calvitie dans les cas les plus extrêmes.

Les scientifiques pensent que cette découverte pourrait un jour permettre de trouver un traitement contre la perte des cheveux.

"Bloquer le muscle récemment découvert et sa contraction ne permet pas de guérir la calvitie entraînée par ces processus", a déclaré le Dr Rendl.

"Mais, le blocage de la contraction et l'arrêt de la phase de destruction du cycle pourraient permettre de conserver la tige existante autrement perdue lors de la production d’une nouvelle tige de cheveux".

"Ces types de muscles ne peuvent pas être contrôlés volontairement, comme ceux des vaisseaux sanguins, mais nous pouvons les contrôler à l’aide de médicaments capables de bloquer la contraction".

"Nous sommes excités à l'idée de développer des méthodes qui permettent de bloquer la contraction de la gaine, d’interrompre la régression des follicules et de prévenir la perte des cheveux existants avant que de nouveaux cheveux ne poussent".

La gaine cutanée pourrait potentiellement être transformée afin d’éviter la phase de destruction et d’empêcher le cheveu de devenir "inactif".

"L'avenir semble très prometteur, et cette étude montre que la calvitie pourrait être évitée", a déclaré le Dr Green.

"De nombreuses études se penchent sur la régénération des cheveux, mais cette étude montre que la gaine cutanée pourrait préserver le follicule pileux et régénérer la pousse de cheveux".

Il faudra cependant patienter avant de pouvoir développer un tel traitement.

"Parvenir à bloquer la contraction de la gaine et ainsi interrompre le cycle de destruction prendra du temps", a déclaré le Dr Rendl.

"Il est d’abord nécessaire de prouver que cette technique est efficace dans les follicules pileux humains en laboratoire et de s’assurer qu’elle est bien sans danger sur le long terme".

Alexandra Thompson