La consommation régulière de cannabis serait liée au cancer des testicules, d’après une étude

Les hommes qui fument régulièrement du cannabis risqueraient davantage de souffrir d’un cancer des testicules [Image: Getty]

Les hommes qui fument régulièrement du cannabis risquent davantage de souffrir d’un cancer des testicules, d’après une nouvelle étude.

La recherche menée par une équipe de scientifiques basés aux États-Unis a constaté un lien entre la consommation à long terme de la drogue et des taux plus élevés de la maladie.

Les résultats ont été annoncés dans le Journal of the American Medical Association.

Les chercheurs ont ainsi confié : “La consommation régulière de marijuana serait associée au développement de tumeurs germinales testiculaires”.

Les chercheurs ont ajouté : “Une consommation régulière de marijuana pourrait stimuler l’apparition du cancer des testicules”.

Ils ont ainsi estimé que les consommateurs de cannabis à long terme étaient davantage susceptibles de souffrir de cette maladie potentiellement mortelle.

Et ce à hauteur de 36 % par rapport aux hommes qui ne consommaient pas cette drogue.

Certains groupes qui militent pour la légalisation du cannabis au Royaume-Uni suggèrent quant à eux que le cannabis permet de lutter contre le cancer.

Parallèlement à la consommation de cannabis, d'autres facteurs de risque connus incluent les testicules non descendus et les antécédents familiaux.

Selon le NHS : “Les symptômes typiques incluent des gonflements ou masses indolores sur l’un des testicules, ou tout changement de forme ou de texture des testicules”.

“Les gonflements ou masses peuvent faire la taille d'un petit pois, mais peuvent également être plus grands”.

“La plupart des gonflements ou masses dans le scrotum ne sont pas dans les testicules et ne sont pas des signes de cancer, mais ils ne doivent jamais être ignorés”.

D'autres symptômes incluent une fermeté plus importante d'un testicule, une différence d'apparence entre les deux testicules, une douleur sourde ou vive dans les testicules ou le scrotum qui apparaît de temps en temps et une sensation de lourdeur dans le scrotum.

Il s'agit d'une maladie relativement rare qui ne concerne qu’1 % de tous les cancers chez l’homme.

Il est assez rare dans l'ensemble, mais il s’agit du type de cancer le plus commun diagnostiqué chez les hommes plus jeunes de 15 à 49 ans.

En effet, la moitié des hommes diagnostiqués chaque année ont moins de 35 ans.

Il touche également plus d’hommes « blancs » que d'autres groupes ethniques, mais les scientifiques ignorent encore pourquoi.

Il y aurait également deux fois plus de cas au Royaume-Uni aujourd’hui que dans les années 1970, et le mystère reste entier une fois de plus.

Selon le NHS : « le cancer des testicules fait partie des types de cancer les plus faciles à traiter, et les chances de survie font partie des meilleures, tous cancers confondus ».

« En Angleterre et au Pays de Galles, presque tous les hommes (99 %) survivent pendant un an ou plus après avoir été diagnostiqués, et 98 % survivent pendant cinq ans ou plus ».

Lauren Clark